Santé

Dossier : scandale de l’hormone de croissance

ActualitéClassé sous :médecine , hormone de croissance , scandale

Le scandale de l'hormone de croissance : tout le monde en a entendu parler, mais de quoi s'agit-il exactement ? Alors que le procès en appel est sur le point de se clore, Futura-Sciences vous propose un tour d'horizon de tout ce qu'il faut savoir !

Des lots d'hormones de croissance contaminés par le prion ont provoqué de nombreux cas de Creutzfeldt-Jakob chez les enfants traités. © Cornu, CC by-sa 2.0
Consultez notre dossier spécial sur le scandale de l’hormone de croissance. © Cornu, cc by-sa 2.0

Après plus d'un mois et demi du procès en appel au cours duquel les témoins, les experts et les familles de victimes se sont succédé à la barre, l'avocat général a réclamé des peines de prison avec sursis pour les deux accusés, le biochimiste Fernand Dray et la pédiatre Elisabeth Mugnier, pour homicide involontaire. Un jugement qui pourrait alors être plus sévère que le procès en première instance durant lequel les protagonistes avaient été relaxés.

Les deux personnages participaient à l'élaboration de l'hormone de croissance, Fernand Dray en tant qu'ancien directeur d'un laboratoire de l'Institut Pasteur et Elisabeth Mugnier comme chargée de la collecte des hypophyses sur des cadavres dans les morgues des hôpitaux. Un mode de fabrication de l'hormone qui aidera 1.698 enfants à grandir, mais qui causera aussi la mort de 120 d'entre eux. La maladie de Creutzfeldt-Jakob, maladie mortelle, sera en effet provoquée par les injections de l'hormone contaminée par le prion.

Retour sur un des plus gros scandales sanitaires en France.

Un déficit hormonal compensé par des injections de somatotropine ? Une bonne idée qui deviendra quelques années plus tard un cauchemar.

Des enfants qui voulaient devenir grands. © DR, CC by-sa 3.0

L'hormone de croissance s'est avérée être contaminée par une protéine : le prion. Pourtant présente chez chacun de nous, elle peut se modifier et entraîner la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

Un premier cas de maladie de Creutzfeldt-Jakob, suite au traitement par hormones de croissance, est apparu en 1985. © afme.org

Pas de traitement, pas de prévention après une exposition à un facteur de risques, la maladie de Creutzfeldt-Jakob se déclare en outre tardivement. Les enfants traités à l'époque ne sont donc toujours pas à l'abri d'une déclaration de la maladie aujourd'hui.

Hypersignaux striataux visibles par IRM sur un cerveau de patient atteint de la maladie de Creutzfeldt-Jakob. © www.creutzfeldt-jakob.aphp.fr

Le prion est aussi impliqué dans d'autres formes de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, notamment celle liée à la vache folle. Les mécanismes du prion n'étant pas encore bien compris, d'autres sources de contamination pourraient apparaître...

La maladie de la vache folle ou encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) a provoqué des cas de variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob chez des consommateurs de viande bovine. © DR

Jean-Philippe Brandel, neurologue et spécialiste de la maladie de Creutzfeldt-Jakob répond aux questions de Futura-Sciences et nous explique les risques de demain.

Jean-Philippe Brandel, médecin spécialiste des maladies à prions. © DR
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi