Santé

Détecter le VIH : le test salivaire aussi fiable qu’une prise de sang ?

ActualitéClassé sous :médecine , détection du VIH , VIH

En reprenant les résultats de plusieurs études, des chercheurs canadiens ont montré que le test salivaire pour détecter le VIH était aussi efficace que les tests sanguins traditionnels chez les populations à risque. En revanche, il ne serait précis qu'à 97 % (contre 99 %) pour les sujets les moins à risque.

Les particules de VIH, qui apparaissent ici en vert sous microscopie à balayage électronique, s'attaquent aux lymphocytes T4, des cellules fondamentales du système immunitaire. À terme, ce sont toutes les cellules immunitaires qui en pâtissent, le patient déclenche alors le Sida et devient sensible à toute infection. Il faut donc dépister au plus tôt le VIH, et le test salivaire pourrait permettre un dépistage à plus grande échelle par sa simplicité d'utilisation. © C. Goldsmith, Wikipédia, DP

Pour déceler le Sida chez un patient, les laboratoires d'analyse ont recours à un test Elisa, une technique qui permet de repérer indirectement la présence du VIH, le virus à l'origine de la maladie, en détectant les anticorps spécifiques circulants dans le sang. Il existe pourtant une autre méthode, utilisée plutôt à titre indicatif, beaucoup plus rapide et simple d'utilisation : le test salivaire.

Cette technique diagnostique repose sur le prélèvement à l'aide d'un coton-tige de la salive contenue dans les joues, composée aussi d'un liquide appelé transsudat, issu des vaisseaux sanguins qui tapissent la bouche. Le tout est placé dans une machine, comportant une solution enzymatique. Après 20 minutes, en cas de détection du VIH, une ligne de couleur pourpre apparaît.

Cette méthode présente de nombreux avantages. D'un point de vue pratique tout d'abord, avec un test que l'on peut potentiellement pratiquer à la maison avec une réponse fournie rapidement. D'un point de vue psychologique aussi, car certaines personnes refusent d'aller faire les examens dans les cliniques par manque d'intimité, de peur d'une stigmatisation ou tout simplement par crainte des piqûres.

Le test salivaire tient (presque) ses promesses

Ce test ne sert cependant pas de référence depuis que des recherches précédentes ont montré le manque de fiabilité de cette technique. Pourtant, des chercheurs de l'université McGill (Canada) viennent de publier une étude comparative dans The Lancet Infectious Diseases qui remettrait en cause les conclusions tirées précédemment.

Le test salivaire consiste juste à prélever un peu de liquide dans la bouche avant de l'insérer dans une machine qui, grâce à des réactions enzymatiques, va révéler ou non la présence du VIH. On peut trouver ces kits, appelés OraQuick HIV1 / 2 dans les pays de l'Union européenne ou en Amérique du Nord. © Kimli, Flickr, cc by nc 2.0

En recoupant les données de plusieurs travaux de recherche et à partir de différentes bases de données, les scientifiques ont montré que le test salivaire rendait des verdicts avec une précision de 99 % pour les personnes à risques d'attraper la maladie (hommes homosexuels, rapports sexuels non protégés, toxicomanes réutilisant des seringues...), une proportion identique à ce que l'on retrouve pour le test Elisa. Cependant, pour une population moins à risque, la réussite tombe à 97 % pour le diagnostic oral, tandis qu'il reste de 2 % plus élevé dans les techniques sanguines traditionnelles.

Pour un dépistage du VIH à plus grande échelle

Qu'en conclure ? Si les auteurs de l'étude y voient des raisons d'être optimistes, principalement parce que cette technique moins envahissante et douloureuse pourrait permettre un dépistage plus large dans la population, il semble malgré tout qu'il faille rester vigilant quant à l'interprétation des résultats.

Ces tests, s'ils sont susceptibles de se banaliser et de permettre une prise en charge plus précoce des personnes séropositives, doivent obligatoirement être complétés par une investigation médicale plus poussée car ils n'ont qu'une valeur informative.

Ce que soulignent finalement les chercheurs, c'est l'intérêt de mettre à disponibilité de chacun un test de dépistage du VIH plus rapide et facile d'accès. Si l'on veut mieux contrôler la maladie, il faut savoir où elle se trouve pour éviter qu'elle ne se répande davantage.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi