Le cannabis, qu’il soit consommé pour des raisons récréatives ou thérapeutiques, augmente les risques de développer un cancer des testicules. Les effets de la drogue, dont on connaissait le pouvoir antitumoral, pourrait être bien plus complexe que prévu…
Cela vous intéressera aussi

Le cannabiscannabis est une substance à plusieurs facettes. D'un côté on lui reproche d'agresser le cerveaucerveau et de diminuer les capacités intellectuelles ou la mémoire de travail, tandis que de l'autre on vante ses vertus thérapeutiques, quand il s'agit de combattre les douleursdouleurs et mêmes contre certaines tumeurstumeurs.

Cette fois, c'est dans la liste des « contre » que les scientifiques ajoutent un élément. Une étude publiée dans Cancer révèle que la droguedrogue multiplie par deux les risques de développer un cancercancer des testiculestesticules. Même pour ceux qui le consomment pour des raisons thérapeutiques.

Cette tumeur est rare mais reste malgré tout la plus fréquente chez les hommes âgés de 15 à 45 ans. Plus inquiétant : son incidenceincidence a été multipliée par cinq depuis les cinquante dernières années. De ce fait, bon nombre de scientifiques y voient le signe de changements environnementaux néfastes pour les attributs masculins. Comme le cannabis ?

Le cancer du testicule, dont on peut voir des cellules tumorales, se traite bien. En général, son taux de survie se situe entre 90 et 95 %. © KGH, Wikipédia, cc by sa 3.0

Le cancer du testicule, dont on peut voir des cellules tumorales, se traite bien. En général, son taux de survie se situe entre 90 et 95 %. © KGH, Wikipédia, cc by sa 3.0

Le cannabis agit directement sur les testicules

Des chercheurs de l'University of SouthernSouthern California (USC) se sont basés sur les déclarations de 163 patients atteints de cancer des testicules concernant leur consommation de drogues dans leur passé et ont comparé ces résultats avec les données émanant de 292 hommes sains des mêmes âges et des mêmes origines géographiques.

Constat : les consommateurs de cannabis ont deux fois plus de risques de déclencher un cancer des testicules. Mais pas n'importe lesquels : les cancers dits non séminomateux et avec des cellules germinalescellules germinales tumorales mixtes. Ils apparaissent principalement chez l'homme jeune et présentent les pires diagnosticsdiagnostics. En effet, la radiothérapie est inefficace et il faut lutter contre la maladie à l'aide de la seule chimiothérapiechimiothérapie.

Ce n'est pas la première étude du genre à établir un tel lien puisque deux précédents rapports étaient arrivés aux mêmes conclusions. Cependant, aucun des deux ne précisait vraiment par quels mécanismes le cannabis pouvait s'avérer nocif. Or, récemment, on vient de montrer le rôle du système endocannabinoïdesystème endocannabinoïde (l'ensemble des moléculesmolécules et récepteurs cannabinoïdescannabinoïdes) dans la spermatogenèse, prouvant son activité au niveau testiculaire.

Cependant, toutes les drogues ne se ressemblent pas. Ce travail montre également que la cocaïne diminuerait les risques de développer un cancer des testicules. Faut-il s'en réjouir pour autant ? Les auteurs en doutent. Ils supposent que la poudre blanche détruit les spermatogoniesspermatogonies, ces cellules germinales à l'origine des spermatozoïdesspermatozoïdes. Ce sont elles qui dégénèrent dans certains de ces cas de cancer. Si elles disparaissent, les risques de formation de tumeur disparaissent avec. Et la fertilité aussi...