Ce patch expérimental pourrait remplacer la pilule contraceptive. © Christopher Moore, Georgia Tech

Santé

Un patch qui injecte un contraceptif longue durée

ActualitéClassé sous :femme , contraception , contraception féminine

Des chercheurs américains ont mis au point un patch avec des micro-aiguilles qui permet de s'auto-administrer un contraceptif à effet prolongé. Cette technologie, déjà développée pour l'injection de vaccins, offrirait aux femmes un nouveau mode de contraception.

Pour éviter les oublis de pilule, beaucoup de femmes préfèrent se tourner vers des contraceptifs ayant une action de longue durée. Portés en continu, ces modes de contraception existent sous différentes formes : stérilet (DIU), patch, implant... Mais le DIU et l'implant nécessitent l'intervention d'un professionnel de santé pour leur pose.

C'est pourquoi des chercheurs de l'institut de technologie de Géorgie, à Atlanta, ont voulu mettre au point un contraceptif de longue durée que les femmes pourraient s'auto-administrer. Le principe de ce nouveau patch est qu'une fois qu'il est appliqué sur la peau pendant plusieurs secondes, des micro-aiguilles se cassent et restent sous la peau, où des polymères biodégradables libèrent une molécule contraceptive, le lévonorgestrel.

Lors de la fabrication du patch, les chercheurs ont fait en sorte que de toutes petites bulles d'air soient présentes dans la partie supérieure des micro-aiguilles, d'où une faiblesse structurelle. Quand les micro-aiguilles sont pressées sur la peau, et que le patch est décalé sur un côté, ces petites structures se cassent. On peut ensuite jeter le support du patch.

Les micro-aiguilles sont moulées dans un mélange de polymères biodégradables déjà utilisés pour les points de suture résorbables. L'invention de ce patch s'inspire de travaux antérieurs sur un vaccin anti-grippe qui utilise des micro-aiguilles se dissolvant rapidement. Un essai clinique, de phase I, avec ce vaccin a montré que les aiguilles restent à la surface de la peau sans causer de douleur chez les patients.

Le patch s’applique sur la peau. © Christopher Moore, Georgia Tech

Une injection de contraceptif efficace pendant un mois

Les chercheurs ont effectué des tests sur des animaux pour savoir si la dose de contraceptif administrée était suffisante pour la contraception. Pour cela, ils ont dosé les hormones dans le sang et ont trouvé que le patch avait un effet contraceptif pendant plus d'un mois : la concentration de lévonorgestrel restait à un niveau supérieur de celui connu pour permettre la contraception chez la femme. De plus, le patch était bien toléré par les animaux.

Un timbre à micro-aiguille qui serait appliqué sur la peau pendant cinq secondes seulement une fois par mois

Ce contraceptif pourrait être intéressant dans des pays où l'accès à la contraception est limité, mais il offrirait aussi une nouvelle option de contraception pour beaucoup de femmes dans le monde. « Notre objectif est que les femmes soient capables de s'auto-administrer des contraceptifs à action prolongée avec un timbre à micro-aiguille qui serait appliqué sur la peau pendant cinq secondes seulement une fois par mois », s'est expliqué, dans un communiqué, Mark Prausnitz, l'un des auteurs de ces travaux.

Le patch n'a pas encore été testé sur des femmes mais les chercheurs sont optimistes en raison de l'efficacité du lévonorgestrel comme contraceptif. Ils aimeraient aussi savoir si un tel patch pourrait contenir suffisamment de contraceptif pour six mois.

Ces résultats paraissent dans la revue Nature Biomedical Engineering.

  • Des chercheurs américains ont inventé un patch qui permet de s’auto-administrer un contraceptif de longue durée.
  • Il utilise des micro-aiguilles qui libèrent du lévonorgestrel sous la peau.
  • Sur l’animal, le dispositif semblait efficace pendant un mois.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

L’impitoyable lutte des spermatozoïdes  Une drosophile de sexe féminin a été inséminée par deux mâles en peu de temps. Leurs spermatozoïdes sont alors entrés en compétition pour arriver les premiers à l’ovule sous l’œil d’une caméra.