Le risque absolu de cardite après une dose de Pfizer est très faible. © Nitiphol, Adobe Stock
Santé

Le vaccin Pfizer associé avec un risque absolu faible, mais réel de cardite

ActualitéClassé sous :Coronavirus , vaccin anti-Covid , coeur

Une étude de cas-témoins indique que, si le risque relatif de contracter une cardite après l'injection du vaccin de Pfizer est accentué, le risque absolu, quant à lui, reste très faible.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Covid-19 : Pfizer annonce que son vaccin est efficace à 90 %  Pfizer et BioNTech viennent d'annoncer les derniers résultats concernant l'efficacité de leur vaccin contre le coronavirus. Il est efficace à 90 % dans la prévention de la Covid-19. Ils espèrent produire des millions de doses d'ici la fin de l'année. 

Une étude cas-témoins menée à Hong-Kong indique que, bien que le risque absolu soit très faible, le risque relatif de cardite est accentué après le vaccin de Pfizer. Une inflammation du cœur qui peut toucher le myocarde, le muscle, ou le péricarde, le tissu enveloppant le cœur. Dans de rares cas, les cardites peuvent se déclarer après une infection bactérienne, virale ou parasitaire. Des cas de myocardites ont aussi été rapportés après l'injection des vaccins anti-Covid-19 à base d'ARNm, essentiellement chez des jeunes hommes.

Les risques relatifs rapprochés (odds ratio) en fonction des vaccins et du profil des cas étudiés. Le risque est le plus élevé chez les jeunes hommes. © Francisco Tsz Tsun Lai et al., Annals of Internal Medicine

Trois fois plus de risques de cardite chez les jeunes hommes après l'injection du vaccin Pfizer

Pour savoir si le vaccin de Pfizer et celui de Coronavac, un vaccin vivant inactivé et adjuvanté, constituent un facteur de risques pour la cardite, les chercheurs ont suivi 160 patients malades et 1.533 patients sains. Après analyses, 20 cas de cardite ont été associés au vaccin de Pfizer et 7 à celui de Coronavac. Ainsi le risque relatif de déclarer une cardite est 3,57 plus élevé après un vaccin Pfizer, en comparaison avec des non-vaccinés du même profil. Cette augmentation n'a pas été observée pour le vaccin de Coronavac. Si on analyse un peu plus les chiffres, il apparaît que ce risque relatif est plus élevé pour les hommes : 4,68 fois plus de risques de cardite chez eux, contre 2,22 fois pour les femmes. Le risque relatif est aussi plus grand après la seconde dose de Pfizer que la première.

Malgré tout, le risque absolu de développer une inflammation du cœur après le vaccin Pfizer est très faible. L'incidence cumulée des cardites chez les vaccinés n'est que de 0,52 cas pour 100.000 doses injectées. Aucun des 20 cas de cardite diagnostiqués n'a été mortel, ni n'a nécessité une prise en charge en réanimation.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !