Quel rôle joue les enfants dans la propagation du Covid-19 ? © famveldman, Adobe Stock
Santé

Coronavirus : le rôle encore flou des enfants dans la pandémie

ActualitéClassé sous :Coronavirus , enfant , Pandémie

Dans la pandémie de Covid-19, il y a une donnée qui reste encore mystérieuse : quel est le rôle des enfants dans la propagation du virus ? Peut-on les remettre à l'école sans voir le nombre de cas augmenter ? Beaucoup d'études scientifiques ont exploré le lien entre le Covid-19 et les enfants, sans pouvoir arriver à des conclusions claires.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Coronavirus : peut-on retarder une seconde vague de l'épidémie ?  La France en est au début de son confinement alors qu'en Chine, la vie revient progressivement à la normale. Mais le pays doit désormais anticiper une seconde vague de l'épidémie de coronavirus. Une étude anglaise a simulé plusieurs scénarios de déconfinement pour limiter cette deuxième vague. Peut-on retarder son arrivée ? Réponse en vidéo !  

À l’approche du 11 mai, date du déconfinement progressif en France, les commerces et les entreprises s'organisent pour accueillir à nouveau leurs clients ou leurs salariés tout en respectant des mesures sanitaires strictes.

Il y a un lieu où ces mesures semblent difficilement applicables : l'école. Mais quel rôle jouent les enfants dans la propagation du virus ? Les données scientifiques recueillies depuis le début de l'épidémie de Covid-19 sont encore floues.

Les enfants sont connus pour transmettre efficacement d'autres maladies respiratoires virales comme le rhume ou la grippe. Le Covid-19 semble faire exception. Mais étudier la transmission entre enfants ou de l'enfant à l'adulte n'est pas facile et les études sur le sujet aboutissent à des conclusions contradictoires.

Les enfants, usines à coronavirus

Les CDC (Center for Disease Contrôle and Prevention) ont mené une étude sur près de 150.000 enfants entre les mois de février et avril derniers. Les moins de dix-huit ans ne représentent que 1,7 % des patients atteints du Covid-19. Les enfants présentent moins de symptômes, comme la fièvre, la toux ou l'essoufflement, que les adultes, bien que trois décès aient été comptabilisés. L'absence de symptômes sévères signifie-t-elle que les enfants transmettent moins efficacement le Covid-19 ?

Une étude allemande a comparé la charge virale, traduite par la quantité d'ARN viral détecté par RT-PCR, des patients selon leur âge. Il n'y a aucune différence significative entre la quantité d'ARN retrouvée chez les enfants et celle retrouvée chez les adultes. Les enfants seraient donc aussi contagieux que les adultes malades.

À Singapour, des écouvillons nasopharyngés réalisés sur un nourrisson de six mois, asymptomatique, se sont révélés positifs jusqu'à 16 jours après son admission.

Les enfants auraient donc, en majorité, des symptômes légers mais une charge virale importante. Pourtant, toutes les observations semblent dire que les enfants ne transmettent pas efficacement le coronavirus.

Une école décontaminée à Cannes. © Valéry Hache, AFP

Le cas du cluster de Haute-Savoie

Le site Don't forget the bubbles, spécialisé dans la pédiatrie, a compilé les dernières études scientifiques explorant le lien entre le Covid-19 et les enfants. S'ils existent et ont parfois été mortels, les cas d'enfants et d'adolescents touchés par le Covid-19 sont minoritaires. Dans la littérature assemblée par le site, il n'y a pas un seul cas décrit d'enfant qui aurait transmis le coronavirus à quelqu'un d'autre.

C'est aussi ce qui ressort de l'analyse du cluster de Haute-Savoie. Un jeune anglais de 9 ans, contaminé par un proche de la famille, ne présentait que des symptômes légers qui ne l'ont pas empêché de skier et de fréquenter des écoles. L'enquête a identifié 172 personnes contacts du jeune anglais et aucune n'a été contaminée par le coronavirus.

Le rôle des enfants dans la propagation de la maladie est donc encore flou. Pourtant, sa compréhension est déterminante pour prendre des décisions de santé publique, comme la réouverture des écoles. Les pays qui ont d'ores et déjà réouvert en partie les établissements scolaires, comme l'Allemagne, pourraient offrir des données précieuses.

Si les enfants se révèlent être des « super-propagateurs » du Covid-19, alors le nombre de cas devrait repartir à la hausse. Dans le cas contraire, cela serait un signal positif pour les parents et les politiques. Les enfants pourraient alors reprendre rapidement le chemin de l'école.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !