Les microgouttelettes contenues dans les postillons et générées par la parole peuvent rester en suspension dans l'air d'un espace fermé pendant une dizaine de minutes. © Prostock-studio, Adobe Stock
Santé

Le coronavirus pourrait s'attraper en parlant

ActualitéClassé sous :Coronavirus , postillonnage , Postillon

La forte contagiosité du Sars-CoV-2 s'explique par les microgouttelettes, véhiculées par les postillons lors d'éternuements ou de toux. Les chercheurs ont démontré comment les particules virales expirées de notre organisme restent en suspension dans l'atmosphère. C'est aussi valable pour la parole qui, expliquée par la phonétique articulatoire, se révèle potentiellement aussi contagieuse avec l'utilisation des labiales, dentales, fricatives et autres palatales : les bdpt... qui expulsent les sons. Parler deviendrait-il aussi dangereux que de traverser la rue au feu vert ? 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Coronavirus : demain, tous masqués ?  SARS-CoV-2. Il est apparu en Chine en décembre 2019. Depuis, il a fait des dizaines de milliers de morts dans le monde. Pour limiter la propagation de ce coronavirus et en l’absence de traitement ou de vaccin, différentes mesures ont été imaginées. Parmi lesquelles, le port d’un masque. 

Les microgouttelettes de salive générées par la parole peuvent rester suspendues dans l'air d'un espace fermé pendant plus de dix minutes, selon une expérience publiée mercredi dans la revue PNAS et qui souligne le rôle probable des microgouttelettes dans la pandémie de Covid-19.

La propagation du nouveau coronavirus Sars-Cov-2 par la toux et l'éternuement est bien connue, mais lorsque l'on parle, on projette également des microgouttelettes invisibles de salive qui peuvent contenir des particules virales. Plus elles sont petites, plus elles restent longtemps en suspension dans l'air, tandis que les plus lourdes, par l'effet de la gravité, vont retomber plus vite au sol.

La transmission par l'air expiré est bien étudiée pour des virus comme celui de la rougeole, qui est l'un des plus contagieux connus et est capable de se loger dans des gouttelettes microscopiques, mais les chercheurs tentent encore de quantifier ce mode de contamination pour le Sars-Cov-2.

Rien de très nouveau pour les aérobiologistes mais cette visualisation peut convaincre les plus réticents à porter un masque et à respecter les gestes barrière. Les chercheurs visualisent comment une simple parole propage des gouttelettes de fluide. © National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases (NIDDK)

Pourquoi le port du masque est si important

Des chercheurs de l'Institut national du diabète et des maladies digestives et rénales ont fait parler une personne dans une boîte fermée, à l'intérieur de laquelle un laser était projeté. Chaque gouttelette émise traversait le laser de façon visible, ce qui permettait de quantifier leur nombre au fil du temps.

Dans l'expérience, la personne répétait, avec une voix forte, Stay healthy (« portez-vous bien ») pendant 25 secondes. Les gouttelettes sont restées dans l'air en moyenne 12 minutes. En prenant en compte la concentration connue du coronavirus dans la salive, les scientifiques estiment qu'une parole forte peut générer l'équivalent par minute de plus de 1.000 gouttelettes contaminées capables de rester en suspension dans l'air pendant 8 minutes ou plus, dans un espace fermé.

« Cette visualisation directe démontre que la parole normale génère des gouttelettes dans l'air qui peuvent rester en suspension pendant des dizaines de minutes ou plus, et sont éminemment capables de transmettre une maladie dans un espace confiné », concluent les chercheurs. Dans des travaux publiés en avril dans la revue NEJM, la même équipe avait observé que parler moins fort engendrait relativement moins de gouttelettes.

Confirmer le niveau de contagiosité de Sars-Cov-2 par la parole, et pas seulement par des postillons ou des gouttelettes de salive tombées sur des interrupteurs, des rampes ou des poignées de portes, aidera à justifier scientifiquement le port du masque, désormais recommandé dans de nombreux pays et à expliquer la forte contagiosité du virus.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !