Les chercheurs ont identifié plusieurs facteurs impliqués dans le Covid long. © Dzmitry, Adobe Stock
Santé

4 facteurs qui favorisent le Covid long ont été identifiés

ActualitéClassé sous :Coronavirus , système immunitaire , maladie infectieuse

Prévoir et traiter le Covid long reste encore une tâche difficile pour les médecins et les patients. Mais la recherche progresse doucement sur les séquelles de longue durée que laisse derrière lui le coronavirus. Des chercheurs ont identifié quatre facteurs de risque associés au Covid long. 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Covid longue : quand les symptômes durent des mois  De nombreuses personnes sont atteintes de Covid longue, une forme de la maladie qui peut s'étirer sur plusieurs mois. © Futura 

Entre 30 et 60 % des patients atteints de Covid-19 souffrent de séquelles à long terme, selon les différentes études qui se sont penchées sur le sujet. Des séquelles très variées qui, combinées, forment ce que l'on appelle le Covid long. Perte de mémoire, troubles gastro-intestinaux, fatigue chronique, essoufflement, anosmie prolongée sont autant de symptômes que les patients atteints de Covid long rapportent aux médecins.

Le Covid long est lié à la sévérité de l'infection initiale puisque la majorité des personnes concernées sortent de l'hôpital ou de soins intensifs. Néanmoins, les formes plus modérées de la Covid peuvent aussi laisser des traces. La grande diversité des symptômes du Covid long, souvent amplifiés par des comorbidités préexistantes, complique le diagnostic, mais aussi le travail des chercheurs qui essayent de comprendre les mécanismes en jeu dans le Covid long et les facteurs qui le favorisent.

Dans la revue Cell, une équipe internationale de chercheurs dit avoir identifié plusieurs facteurs liés à la Covid-19 en suivant 309 patients pendant trois mois. Quatre facteurs de risque présents au moment du dépistage permettent d'anticiper l'apparition du Covid long : un diabète de type 2, une forte virémie, la présence d'autoanticorps et la réactivation du virus Epstein-Barr (EBV). 

Le Covid long concerne une part non négligeable des personnes en convalescence. © phoenix021, Adobe Stock

Quatre facteurs précoces associés au Covid long et ses symptômes

Parmi les 309 patients inclus dans l'étude, 14 % présentaient une réactivation de l'EBV et 25 % une virémie élevée pour le SARS-CoV-2 au moment du diagnostic clinique. À trois mois post-diagnostic, ces deux virus ne sont plus détectables. Les patients concernés par la présence de ces deux virus ont rapporté des problèmes de mémoire et une fatigue anormale.

Les autoanticorps sont soupçonnés de participer à l'apparition du Covid long. Ils ont été détectés chez 56 % des patients inclus dans l'étude au début du suivi, et encore chez 44 % des patients après trois mois. Pourtant, seuls 6 % des patients ont indiqué aux médecins souffrir d'une maladie auto-immune avant de contracter la Covid-19. La présence des autoanticorps et la nature des anticorps spécifiques du SARS-CoV-2 sont reliées à certains symptômes du Covid long. Par exemple, les patients ayant des troubles neurologiques ont plus d'IgG anti-nucléocapside alors que ceux souffrant de problèmes gastro-intestinaux présentent plus d'autoanticorps à trois mois post-diagnostic. Les auto-anticorps dirigés contre l'intéferon-α2 sont, quant à eux, uniquement liés aux symptômes respiratoires du Covid long. Tout cela suggère que la présence d'autoanticorps et leur nature au moment du diagnostic pourraient prédire la nature des futurs symptômes. Enfin, le diabète de type 2 est associé avec certains symptômes du Covid long, comme la fatigue et la toux. Parmi les patients de l'étude, 22 % avaient un diabète de type 2 au moment de contracter la Covid.

Ces éléments pourraient être utilisés pour suivre l'évolution des séquelles de la Covid-19 et éventuellement aider les médecins à les prévenir et les traiter. Néanmoins, les scientifiques n'ont pas mis en avant un lien de causalité entre ces facteurs et le Covid long, ce sont des observations qui permettent aux scientifiques de mieux comprendre la maladie. En d'autres termes, le fait d'avoir un diabète de type 2 ou des autoanticorps ne signifie pas qu'une personne atteinte de la Covid-19 présentera à coup sûr des séquelles à long terme. Comme le Covid long est une affection protéiforme, d'autres études seront nécessaires pour consolider les résultats de celle-ci.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !