La pollution de l'air extérieur est mesurée par des organismes agréés avec des capteurs en station fixe ou mobile. © schankz, Adobe Stock

Planète

Comment est surveillée la qualité de l’air extérieur ?

Question/RéponseClassé sous :Pollution , qualité de l'air , pollution de l’air extérieur
 

Trafic routier, activités industrielles, chauffage... chaque activité humaine génère des polluants. Des organismes veillent à la qualité de l'air que nous respirons.

Les principales substances polluantes (plomb, ozone, dioxyde d'azote... au minimum tous les polluants réglementés) sont surveillées par des mesures, à l'aide de capteurs en station fixe ou mobile, par des organismes de surveillance de la qualité de l’air.

Les organismes agréés par le ministère chargé de l'Environnement sont des associations de loi 1901. L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) assure la coordination technique de la surveillance de la qualité de l'air. Les organismes de surveillance informent de manière permanente la population sur la qualité de l'air (indice Atmo) et les derniers niveaux de concentration de polluants dans l’atmosphère. Ils informent également les préfets afin que ces derniers puissent prendre les mesures nécessaires en cas de pollution importante, notamment si le niveau d'alerte est atteint.

Nous sommes en permanence confrontés à une menace invisible et insidieuse : la pollution atmosphérique. Philippe Hubert, directeur des risques chroniques de l’Ineris (Institut national de l'environnement industriel et des risques), nous en explique les causes et nous décrit les normes en matière de pollution de l’air. © Futura-Sciences

La surveillance de la qualité de l'air extérieur

La surveillance est exercée dans les agglomérations de plus de 100.000 habitants par des stations fixes. À l'extérieur de ces agglomérations, une surveillance est obligatoirement instaurée en station fixe dans les zones où la pollution est présumée plus forte, où la santé ou l'environnement doit faire l'objet d'une protection particulière, et dans les zones qui sont présumées donner une représentation valable de la pollution de l'air sur un large territoire.

Vingt-six associations réparties sur le territoire français sont agréées pour la surveillance de la qualité de l'air. Ces Associations agréées de surveillance de la qualité de l'air (AASQA) sont regroupées au sein de la fédération Atmo. Le système de prévision Prev'air (voir le site où les prévisions sont consultables), animé par l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) complémentaire aux réseaux de surveillance pour la qualité de l'air, a pour objectif de prévoir quotidiennement les pics journaliers de pollution et d'alimenter une base de données de simulation. Il permet la réalisation de bilans et d'études de scénarios afin de simuler l'effet de mesures de réduction des émissions polluantes (ozone, NO2 et particules fines), dans l'objectif d'orienter les politiques environnementales. L'Ineris a aussi développé une version Europe de l'outil pour le compte des services Copernicus Atmosphère, coordonnés par le Centre européen pour la prévision météorologique à moyen terme (ECMWF). Le service de Surveillance de l'atmosphère Copernicus offre une analyse en temps quasi réel et des prévisions à 4 jours de l'air européen, permettant ainsi une évaluation de la qualité de l'air que nous respirons.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Le confinement, bon pour la qualité de l’air  Début 2020, le monde vit une crise sans précédent. Le coronavirus responsable d’une pandémie meurtrière de Covid-19 se répand. Dans l’espoir de limiter sa propagation, les populations sont confinées. Les économies, mises à l’arrêt. Avec pour effet collatéral, une baisse spectaculaire de la pollution de l’air extérieur. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !