La baleine à bosse est un animal aux comportements fascinants. © Whit Welles, Wikipedia, CC by 3.0

Planète

3 choses à savoir sur les baleines à bosse

Question/RéponseClassé sous :baleine , baleine à bosse , migration

Les baleines à bosse sont des animaux fascinants. Par leur taille bien sûr. Mais aussi par leurs comportements qui ne cessent d'interpeller les chercheurs.

La baleine à bosse est présente dans toutes les mers et les océans du monde. Elle est connue des spécialistes pour ses nageoires pectorales plutôt grandes. Ce qui n'est pas le cas des autres cétacés. Elle est plus connue du grand public pour ses sauts parfois spectaculaires hors de l'eau. En juillet 2017, la vidéo de l'une d'entre elles, sautant complètement hors de l'eau au large de l'Afrique du Sud a même fait le buzz sur YouTube.

Mais la première chose étonnante à savoir sur les baleines à bosse, c'est qu'il s'agit d'un animal migrateur. Chez les mammifères, le comportement de migration est plutôt rare. La baleine à bosse fait ainsi figure de double exception. D'abord parce qu'il s'agit bien d'un mammifère migrateur. Ensuite parce que l'animal, qui mesure 14 mètres de long et pèse 25 tonnes, peut parcourir dans ce cadre, des distances incroyables allant jusqu'à 25.000 kilomètres. Ainsi, toujours chassées en Antarctique, les baleines à bosse se réfugient chaque année dans les eaux tropicales ou subtropicales pour y mettre bas.

Mais du côté d'Hawaï, les observations de baleines à bosse - pourtant avides de contacts - ont chuté de 50 à 80 % entre 2014 et 2018. Et les chercheurs, même s'ils ne sont pas encore inquiets à ce sujet, s'interrogent. Ils cherchent à savoir quels changements environnementaux ou climatiques pourraient être à l'origine du phénomène. Parmi les idées : le fait que le réchauffement climatique réchauffe les eaux et les appauvrit en nourriture dans le nord, empêchant les baleines d'entreprendre la migration qui les mènera à la reproduction.

La baleine à bosse est tout particulièrement appréciée des touristes. Curieuse, elle s’approche volontiers des bateaux. Elle semble de plus beaucoup aimer sauter hors de l’eau. © skeeze, Pixabay, CC0 Creative Commons

Une chanteuse d’exception et une redoutable chasseuse

Pour l'heure, la saison des amours reste tout de même pour les baleines à bosse mâle, l'occasion de pousser la chansonnette, même si le lien entre reproduction et chant des baleines n'est pas encore formellement établi. Et au sein d'un groupe de baleines, il faut savoir que toutes chantent la même chanson. Cette chanson peut être transmise à d'autres groupes de baleines. Ce chant des baleines à bosse surtout devient de plus en plus complexe d'une année à l'autre. Sous l'impulsion, semble-t-il, de quelques individus seulement. Puis soudain, au bout de quelques années, arrive ce que les spécialistes qualifient de « révolution culturelle ». Une nouvelle chanson, très basique, est introduite dans le groupe et le cycle reprend. Reste aux scientifiques à comprendre pourquoi.

Dernier comportement étonnant de la baleine à bosse : ses techniques de chasse. Il faut dire qu'une baleine peut avaler jusqu'à 2.500 kilogrammes de poisson par jour. Mieux vaut donc être efficace. Ainsi les baleines à bosse ont imaginé se regrouper et faire des bulles pour encercler les poissons et en piéger de grands nombres. Ne leur reste ensuite plus qu'à se jeter sur les bancs de poissons la gueule grande ouverte. Mais les baleines à bosse bernent aussi leurs proies en formant de petits étangs avec leurs bouches grandes ouvertes à la surface de l'eau. Les poissons s'y croyant plus en sécurité se réfugient volontiers dans ce qu'ils pensent être des piscines artificielles et se font alors dévorer.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

1.500 dauphins jouent avec un bébé baleine à bosse  Filmée par un drone, cette scène étonnante montre une rencontre mal expliquée entre un grand groupe de dauphins (environ 1.500) et une baleine à bosse accompagnée de son baleineau, au large des côtes californiennes, dans la baie de Monterey. Nageant tout près des grands cétacés, les dauphins les éclaboussent. La baleine, peut-être gênée, plonge, suivie de son baleineau, et les dauphins surfent sur les vagues comme ils le font à proximité des bateaux.