Voyons ici le chinon, ou plutôt les chinons, du domaine de Bernard Baudry, quelques kilomètres en amont de la cité médiévale. À Cravant-les-Coteaux, le vigneron possède des parcelles en contrebas des coteaux dans le lit de la Vienne, sur des bancs de gravier déposés par la rivière au fil des millénaires. Il possède aussi des parcelles à flanc de coteau sur des calcairescalcaires crétacés, le fameux tuffeautuffeau de Touraine, déposés il y a 90 millions d'années lorsque la province était noyée sous une chaude mer tropicale. Les vins sont très différents.

Les chinons sont des vins du Val de Loire. © Music4life, Domaine public

Les chinons sont des vins du Val de Loire. © Music4life, Domaine public 

Chinon de gravier et chinon de tuffeau

Le chinon « de gravier » est le plus léger, fruité avec des notes caractéristiques de cerise ou de framboiseframboise. Il se boit jeune et on aime sa fraîcheur. Mais même dans cette première catégorie, le fin œnologueœnologue notera les différences entre « Les Granges » et « Les Grézeaux », l'un provenant d'un gravier plus riche en argileargile que l'autre.

Quant au chinon « de tuffeau », décliné par le domaine Baudry en deux crus qui ont pour noms « Le clos Guillot » et « La Croix Boissée », il se démarque de ses petits frères de gravier par un côté crayeux, cela ne s'invente pas, qui excite les papilles gustatives et ouvre la bouche aux arômes du vin. Aux fruits rouges se superposent du gras et une fraîche acidité, gage d'un bon potentiel de vieillissement.

Et de fait, ces chinons-là, vous pouvez les garder en cave de nombreuses années, car ils évoluent vers des arômes de fruits cuits, d'épices et de sous-bois. C'est cette maturité qu'apporte leur pedigree calcaire, le même qui fait aussi la réputation des grands vins de Bourgogne...