Planète

Multiplication des efflorescences d'algues nuisibles

Dossier - Les marées rouges
DossierClassé sous :océanographie , ciguatera , toxine

-

Parmi les 5 000 espèces du phytoplancton marin, 300 ont la capacité de proliférer au point de décolorer la surface de la mer et de produire une spectaculaire « marée rouge » faite de millions de cellules par litre d'eau.

  
DossiersLes marées rouges
 

Les efflorescences d'algues nuisibles sont des phénomènes tout à fait naturels qui se sont produits tout au long de l'histoire connue mais, ces vingt dernières années, il semble qu'elles soient devenues plus fréquentes, plus intenses et plus répandues.

Fermes aquacoles. © MP Cz - Shutterstock

La PSP, par exemple, n'était connue jusqu'en 1970 que dans les eaux tempérées d'Europe, d'Amérique du Nord et du Japon. Vingt ans plus tard, on l'a fréquemment observée dans tout l'hémisphère sud : en Afrique du Sud, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Inde, en Thaïlande, à Brunei, à Sabah, aux Philippines et en Papouasie Nouvelle-Guinée. On peut regretter qu'il existe bien peu de relevés sur le long terme d'efflorescences d'algues nuisibles sur un même site.

© Unesco

Quatre hypothèses ont été avancées pour expliquer cette intensification évidente du phénomène :

  • une meilleure appréciation scientifique des espèces toxiques,
  • une exploitation plus intensive des eaux côtières pour l'aquaculture,
  • la stimulation des efflorescences de plancton par les déchets domestiques, industriels et agricoles et/ou par des changements inhabituels de conditions climatiques
  • et, enfin, le transport de colonies d'algues dans les eaux de ballast des navires ou par les stocks de crustacés et de mollusques dérivant d'une zone à une autre.