Planète

Un fléau déjà signalé aux temps bibliques

Dossier - Les marées rouges
DossierClassé sous :océanographie , ciguatera , toxine

-

Parmi les 5 000 espèces du phytoplancton marin, 300 ont la capacité de proliférer au point de décolorer la surface de la mer et de produire une spectaculaire « marée rouge » faite de millions de cellules par litre d'eau.

  
DossiersLes marées rouges
 

C'est en 1793 qu'est consigné un des premiers cas mortels d'intoxication alimentaire après ingestion de mollusques et de crustacés contaminés, lorsque l'explorateur anglais, le capitaine George Vancouver, et son équipage eurent touché terre en Colombie britannique (Canada) dans une zone dénommée, depuis, Poison Cove.

Les crustacés peuvent être contaminés. © Yuriy Kvach - CC BY-SA 3.0

Il observa que, pour les tribus indiennes, il y avait un tabou sur la consommation de crustacés et de mollusques lorsque l'eau de mer devenait luminescente sous l'effet des efflorescences d'algues.

© Unesco

Les toxines responsables de l'intoxication paralysante par les mollusques (PSP) sont si puissantes qu'une quantité de la valeur d'une tête d'épingle (environ 500 microgrammes), facilement présente dans une portion d'à peine 100 g de fruits de mer, peut être mortelle pour l'homme.

© Ifremer

On pense que c'est dans la Bible qu'est apparue la première référence littéraire (1 000 ans avant Jésus Christ) à des efflorescences d'algues nuisibles. « Toutes les eaux du Fleuve se changèrent en sang. Les poissons du Fleuve crevèrent ; et le Fleuve s'empuantit, et les Égyptiens ne purent plus boire l'eau du Fleuve » (Exode 7, 20-21). Dans ce cas précis, une algue non toxique s'était tellement concentrée dans l'eau qu'elle en avait épuisé l'oxygène et fait suffoquer les poissons comme les invertébrés. Des efflorescences d'algues non toxiques peuvent donc être désastreuses pour les écosystèmes locaux, sans parler de l'épouvante ressentie par des touristes fuyant la vision macabre de poissons morts flottant au milieu de l'écume et de la mousse.