Planète

La Leyre, rivière des Landes

Dossier - Tourisme dans les Landes
DossierClassé sous :géographie , landes , Adour

À la découverte du département des Landes (40), de sa faune et de son paysage de dunes et de pins, au travers de la vallée de la Leyre, des pays de l'Adour et du parc naturel régional des Landes de Gascogne.

  
DossiersTourisme dans les Landes
 

La Petite et la Grande Leyre s'unissent à Moustey pour former la Leyre (ou l'Eyre) jusqu'au delta (Le Teich/Biganos). L'ensemble des communes se sont associées pour créer, en 1970, le Parc naturel régional des Landes de Gascogne.

Val de l'Eyre à Mios. © PA, Wikimedia commons, CC by-sa 3.0
La Leyre (ou l'Eyre) à Mios, en aval. © Larrousiney licence Creative Commons paternité – partage à l’identique 3.0 (non transposée)

Histoire de la Leyre

Il n'existe pas une seule source, c'est la nappe phréatique qui alimente directement la rivière et cette nappe s'étend sous l'ensemble du massif sableux du bassin versant.

Au XIXe la rivière était recouverte par la forêt galerie et irriguait les prairies de ses bords. Exploités jusqu'en 1945, ces prés formaient un complément pour les éleveurs de moutons et de vaches. Le drainage était assuré par des fossés qui se jetaient dans la Leyre, comme ce fut le cas dans beaucoup de régions humides.

Avec le développement du massif forestier, la rivière était utilisée pour le transport du bois. C'est la période des « radeleurs » : trains de radeaux qui descendaient la rivière.

La Petite et la Grande Leyre forment ensuite la Leyre. © Jibi44, Wikipedia CC by sa 3.0

Puis, s'est développée une importante activité métallurgique : présence du fer à faible profondeur et force hydraulique... Au XXe l'agriculture intensive se développe et les zones humides sont drainées.  Il n'y a plus d'industrie sur la Leyre. La végétation reprend ses droits sur les rives et la rivière retrouve un aspect sauvage.