Planète

Domaine de la Romanée Conti (DRC)

Dossier - Bourgogne : La Romanée Conti
DossierClassé sous :géographie , pinot noir , bourgogne

-

Nous voilà donc partis pour une petite promenade dans les vignobles de Côte de nuit, sans prétention œnologique de ma part, juste l’envie de partager quelque chose d'un peu magique avec vous, lecteurs de Futura-Sciences.

  
DossiersBourgogne : La Romanée Conti
 

Je préfère céder la parole, ici, aux spécialistes, même si, chance insigne, j'ai pu goûter une fois ce «  divin nectar » avec une impression particulière de participer à un rite d'initiés, une occasion, ma foi unique, que je n'oublie pas ! et de temps en temps je me dis que je pourrais en faire partager l'émotion, c'est le but de ces pages !

Vin blanc et rouge de Bourgogne. © Photo-Mix, Pixabay, DP

Résumé d'une conférence avec Aubert de Villaine, de la famille propriétaire du domaine de la Romanée Conti, le 21 juin 2003, à Lavinia, Paris.

Les bouteilles de ces crus. © Domaine public

Le Domaine de la Romanée Conti est propriétaire de 25 hectares de vignobles, principalement dans les grands crus de la Côte de Beaune (Montrachet) et de la Côte de Nuits (Romanée Conti, Echezeaux, Grands Echezeaux, Romanée Saint Vivant, La Tache, Richebourg). Le domaine (souvent appelé DRC) ne commercialise que des grands crus. Aubert de Villaine se considère comme l'héritier d'un grand terroir, la DRC doit selon lui ambitionner de faire des grands vins dignes du passé. "Un grand domaine est avant tout une philosophie. Le terroir est le moteur de ce que nous faisons".

Le grand cru de "La Romanée Conti" est propriété totale du domaine et peut dans ce cadre là faire figurer la mention "monopole" sur les étiquettes produites. Cette parcelle mesure 1,8050 hectares. Sa taille n'a pas varié d'un centimètre depuis 1580.

"En Bourgogne, on fait encore le vin comme au XIV° siècle" : Aubert de Villaine se reconnaît dans cette phrase retrouvée dans le Laval, un livre datant de 1850. Certes, le domaine a aujourd'hui une bien meilleure connaissance des terroirs. Certes, les moyens techniques ont évolué : on utilise notamment une table de tri au moment des vendanges, la technologie du froid permet de mieux contrôler les vinifications... Toutefois, le domaine se doit de perpétuer sa tradition de qualité, de respecter la fragilité d'un terroir, un héritage que les propriétaires actuels se doivent de transmettre. Le terroir de la Romanée Conti reste inchangé depuis de nombreux siècles, s'il l'on fait exception des quelques tombereaux de terre que le Prince de Conti y avait fait amener...

La main humaine a ici pour mission de sélectionner : sélection de plants de vigne, sélection de terroirs, sélection de sarments, sélection de raisins tant à la vigne pendant l'été que pendant la vendange, sélection de cuvées bien sûr, mais également sélection des hommes qui travailleront à la vigne ou aux chais.
Au domaine, les vignes qui serviront à l'assemblage des cuvées, ont une moyenne d'âge de quarante ans. Le vin issu des vignes les plus jeunes n'est pas assemblé. Il est commercialisé au négoce bourguignon en vrac. On comprend pourquoi le domaine porte un soin tout particulier à ses vignes. On pratique ici la culture biologique, et 6 hectares sont même consacrés à la culture bio-dynamique. Le cheval a également été réintroduit dans certaines parcelles, et ne croyez pas qu'il s'agisse là d'un acte de communication : "le folklore n'est pas le genre du domaine" rétorque sobrement de Villaine.
En ce qui concerne la vinification des vins du domaine, elle se veut respectueuse d'un terroir, un grand vin se fait dans la vigne. Les vins sont ensuite élevés en fûts de chêne neuf, dont les bois sont achetés et sélectionnés 3 ans auparavant, et soigneusement séchés par leur tonnelier.

Des rendements faibles (25 à 30 hectolitres par hectare en moyenne), des matières denses, permettent aux vins du domaine de supporter ensuite un long élevage en fûts de chêne. Lors des vendanges, le domaine peut demander aux vendangeurs de faire des tries successives, afin de récolter les seules baies à maturité.

Vient alors le temps de la mise en bouteille. Les vins sont généralement directement prélevés dans les barriques à l'aide d'une 'chèvre à deux becs' et mis en bouteille directement. Pour certains millésimes, dont le millésime 1999, un besoin d'aération et donc de soutirage a fait renoncer à cette pratique du domaine.

Cave. © Domaine public

Les vins sont commercialisés par caisse complète de 12 bouteilles contenant un unique flacon de "La Romanée Conti".  Il faut préciser que le domaine ne produit que 6000 bouteilles par an de ce célèbre cru bourguignon. Face à une offre si faible, le domaine a opté pour ce mode de commercialisation permettant de rendre "abordable" la bouteille de "La Romanée Conti" en la proposant avec onze autres grands crus du domaine "plus accessibles". Le domaine produit également 3000 bouteilles par an de Montrachet. Celles-ci sont commercialisées indépendamment. Les premiers crus du domaine ne sont commercialisés qu'exceptionnellement (en 1999, un Vosne Romanée Premier Cru a été commercialisé !). La DRC possède également 12 ouvrées de Batard Montrachet, produisant chaque année quelques pièces (de 228 litres), une rareté que le domaine réserve à sa consommation personnelle !

En conclusion, lorsqu'on lui demande de décrire ses vins, il préfère nous livrer leur personnalité, telle qu'il a pu la reconnaître au cours d'une récente et 'mytique' dégustation verticale des vins du domaine remontant jusqu'à 1911 (le domaine en possède encore une bouteille !).

- Echezeaux : c'est le vin de la gaité, un vin plein d'enthousiasme, sur le fruit. Un vin exubérant qui peut prétendre à dépasser le Grand Echezeaux dans sa jeunesse.

- Grand Echezeaux : à l'exubérance de l'Echezeaux s'oppose la sérenité de l'Echezeaux. Un vin qui prend toute sa dimension au cours des années.

- Romanée Saint Vivant : la finesse, l'élégance du domaine, une bouche marquée par une austérité monastique.

- Richebourg : un vin d'une grande richesse, comme son nom l'indique, d'une très grande finesse également.

- La Tache : un vin d'une grande rigueur, un vin vertical, il lui évoque le célèbre portrait de Richelieu par Philippe de Champaigne.

- La Romanée Conti : un vin sphérique, une grande puissance agrémentée de douceur.

Pour tout ceux à qui cette conférence aura donné envie de goûter un millésime de la Romanée Conti, il nous parait nécessaire de préciser que la DRC n'a pas produit de "La Romanée Conti" des millésimes 1946 à 1951. Le domaine a en effet arraché la vigne en 1945, afin de la replanter. Le premier millésime commercialisé dans les années qui suivent est le 1952 ! Article ci-dessus de Jean-Baptiste Duquesne .

Vigne. © Domaine public

Les deux plus grands :

- La Romanée-Conti évoque la grandeur d'un vignoble si exigu. Une bouteille de Romanée-Conti relève de l'exceptionnel, de l'unique même ! 6 000 bouteilles produites lorsque la qualité caresse la perfection. Classé en : A.O.C. Grand cru .Décret du 11.09.1936.
Cépages : gris : pinot Beurot, noirs : pinot et pinot Liébault.

L'incorporation de cépages blancs et gris tels chardonnay et pinots reste autorisée à condition de ne pas dépasser 15%.

- La Tache est le grand cru le plus renommé, le plus délicat, puissant, réputé du domaine de la Romanée Conti (DRC), après bien entendu, la Romanée Conti.  20 000 bouteilles produites, sur 1 hectare et 50 ares, pour la partie dite historique, s'ajoutant aux 5 hectares nommées également "gaudichots". Soit une superficie d'un peu plus de 6 hectares. Juste quelques prix.....

  • 1995  La Tâche Grand cru   1500 Euros
  • 1996  La Tâche Grand cru   1800 Euros
  • 1990  Richebourg                1800 Euros
  • 1988  Romanée Conti          6000 Euros
  • 2000  Romanée Conti          5500 Euros Et il n'y a qu'une ou deux bouteilles par négociant averti !!!