Planète

L'hydrochorie : la pollinisation par l'eau

Dossier - La pollinisation : un service écologique gratuit
DossierClassé sous :développement durable , zoologie , pollinisation

-

La pollinisation est au cœur de la nature et de ses processus de reproduction. Découvrez dans ce dossier l’incroyable parcours du pollen, depuis l'organe mâle jusqu’à l'organe femelle d'une fleur. Une manière de mieux comprendre le rôle essentiel des abeilles et de nombreux autres pollinisateurs dans l'équilibre des écosystèmes.

  
DossiersLa pollinisation : un service écologique gratuit
 

L'hydrochorie est le mode de dispersion des graines s'effectuant grâce à l'eau. Eaux de ruissellement, pluie ou courants marins : la pollinisation par l'eau peut revêtir différents aspects.

Comment l'hydrochorie, la pollinisation par l'eau, fonctionne-t-elle ? Ici, un lis orangé. © Jenniejune133, Shutterstock

L'hydrochorie peut s'effectuer par l'intermédiaire des eaux de ruissellement lorsque les capsules sont entraînées par les ruisselets ou lors d'inondations (débordements de rivières ou de fleuves), par chute directe dans les eaux dormantes ou stagnantes, par les éclaboussures de la pluie (concerne principalement quelques espèces dont des champignons), ou par l'intermédiaire des courants marins.

Les graines de lotus sont rassemblées dans un porte-graines. © Le No, Flickr, CC by-nc-sa 2.0

Une graine de lotus sacré vieille de 1.300 ans

Lorsque les graines de lotus sacré, de la taille d'une noisette, sont mûres, celles-ci tombent du réceptacle, qui ressemble à une pomme d'arrosoir, et chutent dans l'eau où elles germeront. Les graines du lotus sacré détiennent le record de longévité. En effet, des chercheurs ont réussi à faire germer une graine d'une variété chinoise vieille d'environ 1.300 ans.

Noix de coco germant sur une plage d’Hawaï. © Wmpearl, DP

Les modes de fécondation dans l'eau

Il existe différents modes de fécondation s'effectuant dans l'eau :

  • Hydrogamie : ce mode de fécondation, qui s'effectue dans l'eau, est plus particulièrement employé par les bryophytes (mousses) qui ont besoin de précipitations abondantes et un sol bien détrempé, pour permettre aux gamètes de se déplacer et de se rencontrer.
  • Ombrochorie : l'ombrochorie consiste en la propagation des semences par l'intermédiaire des gouttes de l'eau de pluie, qui, en tombant sur les plantes, dispersent les graines par éclaboussures.
  • Nautochorie : ce système de dispersion des graines se pratique par flottage sur l'eau. Il utilise principalement les courants marins pour disséminer les semences. Le cas le plus connu est celui de la noix de coco, qui a su conquérir toutes les plages tropicales et subtropicales de la planète sans qu'on sache aujourd'hui encore de quel endroit la plante est originaire.