Découvrez ici le fonctionnement d'un lac.

Nous prendrons comme exemple le lac Léman qui est un lac tropical au sens hydrologique puisque sa température profonde ne descend pas en dessous de 6 degrés. D'autre part les 89 km3 d'eau qu'il contient en font la plus grande réserve d'eau douceeau douce de l'Europe occidentale. Bien sûr on est très loin des étendues d'eau des grands lacs américains...

Lac dans l'Utah, aux États-Unis. © Johnny Adolphson, Shutterstock

Lac dans l'Utah, aux États-Unis. © Johnny Adolphson, Shutterstock

Le lac est un écosystèmeécosystème aquatique approvisionné par des cours d'eau (une bonne trentaine d'une certaine importance relative pour le Léman en plus du Rhône, le principal) et qui a un exutoire, ici, le Rhône à Genève. Le niveau du lac est réglé à Genève par un barrage et un accord franco-suisse.
Il fonctionne en gros de la manière décrite par le schéma ci-dessous :

Lac Léman un écosystème.

Lac Léman un écosystème.

Cet écosystème a une dynamique, qui, dans le cas du lac Léman dépend des hivershivers rigoureux. En effet la densité de l'eau étant maximum à 4 degrés, il faut que l'hiver soit assez froid, assez longtemps, pour que le refroidissement de cette grande massemasse d'eau se réalise et qu'un brassage puisse avoir lieu, qui oxygénera les parties profondes. La situation du lac est donc assez différente en hiver et en été; en été le lac souffre, en profondeur, d'un manque d'oxygèneoxygène qui entraîne la formation de boues putrides, qui peuvent, partiellement en tous les cas, être oxygénées pendant l'hiver.

L'épuration de presque tous les éléments (naturels ou non) entrant dans une étendue d'eau se fait naturellement par tout un système de petits organismes vivant dans ces eaux et consommant ou oxydant les matièresmatières organiques ou minérales qui arrivent dans l'eau. Ce système appelé système des saprobies est très efficace si la quantité de polluants et leur nature lui permettent de fonctionner.

Système des saprobies.

Système des saprobies.

La répartition des différents organismes est fonction de leur tolérance à la pollution et leur action est très ciblée. Au bout d'un certain temps et d'une certaine distance par rapport à la source de pollution l'eau redeveint naturellement « propre ». La « propreté » de l'eau n'a rien à voir avec la quantité de sédimentssédiments qu'elle peut transporter, elle peut être sableuse ou limoneuse et « propre ». Mais ce système, comme tout système naturel est fragile et, de nos jours, souvent dépassé !