Les loups, en tant que prédateurs, font partie des espèces réintroduites à des fins de rewilding. © Piotr Krzeslak, Adobe Stock
Planète

Rewilding

DéfinitionClassé sous :développement durable , rewilding , réensauvagement

Le terme rewilding se traduit littéralement par le terme réensauvagement.

Le rewilding peut être considéré comme une approche de conservation des écosystèmes. Car l'idée est de laisser la nature (re) prendre soin d'elle-même. Quitte, au départ, à lui donner un coup de pouce en réimplantant des espèces, végétales ou animales, disparues ou mises en danger par les activités humaines dans une région donnée.

Mais attention, le réensauvagement, ce n'est pas simplement de la réintroduction d’espèce. Il s'agit ici de recréer tout un écosystème, de retrouver l'état naturel d'une région, et ensuite, de passer la main à la nature. L'introduction d'espèces -- du haut de la chaîne alimentaire notamment, des prédateurs ou des grands herbivores -- vise ainsi à restaurer les interactions trophiques descendantes et les cascades trophiques associées pour promouvoir des écosystèmes biodiversifiés autorégulateurs.

Parmi les bénéfices du rewilding, il ne faut pas oublier ceux apportés aux hommes. La nature sauvage peut en effet être vue comme une alliée lorsqu'il s'agit de prévenir les inondations ou de stocker du carbone pour lutter contre le réchauffement climatique. Ce type d'opérations peut stimuler les économies locales. D'autant que si l'idée est bien menée, l'investissement reste sur le court terme, car la nature sait mettre en œuvre des processus rentables.

Planter des arbres peut aussi être considéré comme une opération de réensauvagement. © lovelyday12, Adobe Stock

Rewilding, des précautions à prendre

Pour exemple d'opération de réensauvagement, on peut citer la réintroduction du castor au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Les castors construisent des barrages qui régulent le système d'eau au niveau local. Ils préviennent les inondations et améliorent la qualité des sols. Résultats : des espèces plus petites trouvent dans les régions peuplées de castors, un nouvel habitat.

Mais des expériences échouées rappellent aussi que se lancer dans un projet de rewilding n'est pas toujours simple. Que cela doit être fait avec précaution et peut-être aussi... un peu d'humilité. Aux Pays-Bas, ce sont des cerfs élaphes, des chevaux Konik et du bétail Heck qui ont été réintroduits dans une zone de marais. Malheureusement, un hiver rigoureux a provoqué une famine massive. Et les autorités ont finalement décidé d'abattre les derniers animaux survivant avant qu'ils ne viennent à mourir de faim. En cause, probablement, le fait que la zone visée était trop petite et qu'il n'y avait pas de prédateurs naturels pour réguler la population d'herbivores.

Pour éviter ce type d'échec et donner un maximum de change aux opérations de réensauvagement, les chercheurs auront encore besoin de faire plus d'expérimentations et surtout, de recueillir plus de données biologiques, sociales et économiques.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Réduire l'impact environnemental des villes grâce à la nature  À l’heure actuelle, les aires urbaines n’occupent que 3 % de la surface terrestre, mais elles émettent près de 72 % des gaz à effet de serre. Alors que les villes se développent toujours plus vite, comment réduire leur impact environnemental et améliorer la qualité de vie des citadins ? Selon le projet européen Urban Green UP, les solutions viennent de la nature. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !