Alors que presque l'Europe entière vit désormais au rythme d'un confinement dicté par la crise du coronavirus, le programme Copernicusprogramme Copernicus -- un programme européen de surveillance de la TerreTerre -- publie aujourd'hui de nouveaux chiffres basés sur les observations du satellite Sentinel-5P.

Les dernières cartographies révèlent de fortes réductions des concentrations de dioxyde d’azote (NO2) dans les grandes villes d'Europe, en particulier à Paris, MilanMilan et Madrid.

Les chercheurs de l'Institut royal météorologique des Pays-Bas travaillent à développer des modèles de chimie atmosphérique, qui tiennent compte des changements météorologiques quotidiens, en combinaison avec des techniques de modélisationmodélisation inverse sont nécessaires pour quantifier les émissionsémissions sur la base des observations satellitaires.

« Des études ont commencé pour estimer l'influence des mesures de confinement sur la pollution. Elles prendront du temps », prévient Henk Eskes, chercheur à l'Institut royal météorologique des Pays-Bas dans le communiqué de l’ESA.

Image du site Futura Sciences
Les concentrations en dioxyde d’azote au-dessus de l’Espagne et de l’Italie. © Copernicus Sentinel, KNMI/ESA, CC by-SA 3.0 IGO
Les concentrations en dioxyde d’azote au-dessus de l’Espagne et de l’Italie. © Copernicus Sentinel, KNMI/ESA, CC by-SA 3.0 IGO