Les populations de grands herbivoresherbivores, dont les chevaux, pourraient ralentir, voire empêcher la fontefonte du pergélisolpergélisol. Et cela peu importe le scénario de réchauffement climatique qui se réalisera. En effet, une étude publiée dans Scientific Reports suggère que le pâturage hivernal et les déplacements de ces animaux compacteraient suffisamment la neige pour diminuer les transferts de chaleurchaleur avec le sol. Cela réduirait de 80 % les émissionsémissions de carbonecarbone dues au dégel du pergélisol.

Actuellement, la neige conserve le sol dans les zones non pâturées à une température d'environ -10 °C. Mais, en été, la température s'élève au-dessus du point de congélation et la chaleur pénètre dans le pergélisol. Dès lors, la compaction permettrait de garder un sol plus froid en hiverhiver, ce qui pourrait retarder la dégradation si ce n'est empêcher le pergélisol de dégeler. Cet effet s'ajouterait à la neige retirée par les herbivores pour trouver un brin d'herbe en hiver, ce qui laisse le froid s'infiltrer plus profondément. Au point de ralentir le dégel en été.

Cette stratégie pourrait être un atout majeur dans la lutte contre le réchauffement climatiqueréchauffement climatique et ses conséquences. Puisque la fonte du pergélisol, ou permafrostpermafrost en anglais, serait un accélérateur de ce réchauffement, et qu'une précédente étude avait constaté une fonte bien plus rapide que prévu...