147 personnes foudroyées en 10 jours en Inde : la faute au changement climatique ?

Classé sous :orage , foudre , Réchauffement climatique

Ces dix derniers jours, 147 personnes ont été tuées par la foudre dans l'État du Bihar, au nord-est de l'Inde. Depuis fin mars, le bilan s'élève même à 215 personnes ; pour la plupart, ce sont des agriculteurs et des éleveurs de bétail. Les éclairs meurtriers sont assez fréquents en Inde durant la mousson (juin à septembre) mais, cette année, le nombre de morts dépasse déjà le bilan annuel des années précédentes.

Selon le spécialiste en agrométéorologie Abdus Satar, interrogé par l'AFP, la foudre et le tonnerre sont provoqués par une instabilité de grande envergure, nourrie par une hausse des températures et un taux d'humidité trop important. « J'ai été informé par des météorologues et scientifiques [...] que la hausse des températures due au changement climatique est la principale cause de la multiplication des éclairs», confirme Lakshmeshwar Rai, le ministre des Situations d'urgence de l'État de Bihar.

En Inde, les orages violents sont habituellement enregistrés au pied de l'Himalaya, où l'air chaud et humide de la mousson de sud-ouest rencontre l'air froid et sec descendant du plateau tibétain. L'Inde ne fait toutefois pas partie des régions les plus foudroyées au monde. C'est l'Afrique qui est le continent le plus impacté par la foudre, notamment le bassin du Congo. Le record appartient cependant au lac de Maracaibo au Venezuela, avec 233 impacts par km2 et par an. On peut y observer jusqu'à 60 éclairs par minute. Mais la dangerosité du foudroiement dépend aussi du relief et de la situation (arbre, pointe métallique, personne isolée dans un champ, etc). En France, entre 10 et 20 personnes sont tuées chaque année par la foudre.

En trois mois, 215 personnes ont été tuées par la foudre dans le Bihar en Inde. © Shashank, Adobe Stock