Une immense sonothèque du monde sauvage depuis 50 ans : écoutez les changements

Classé sous :Nature , animaux , paysages
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] 5 animaux que les scientifiques veulent ressusciter  Grâce à la génétique, certains scientifiques espèrent faire revivre des espèces disparues. Il suffit en théorie de disposer d’un peu d’ADN pour recréer un embryon et l’implanter chez une femelle porteuse. Voici 5 animaux qui pourraient bientôt ressortir des archives. 

Et si dans ce monde de l'image, nous nous accordions une pause ? Juste le temps de prêter l'oreille à la nature qui nous entoure. C'est ce que fait Martyn Stewart. Mais sa pause à lui dure depuis plusieurs décennies. Une bonne cinquantaine d'années qu'il enregistre des sons. D'abord de manière très artisanale, comme l'enfant qu'il était. Aujourd'hui, de façon bien plus professionnelle, comme le naturaliste qu'il est devenu. Résultat : une collection de sons de plus de 30.000 heures !

Une sélection de ces enregistrements vient tout juste d'être ouverte au public. Dans un ultime effort -- l'homme est en phase terminale d'un cancer des os -- de la part de Martyn Stewart d'attirer l'attention sur cette nature si belle et si fragile. Selon lui, deux tiers des paysages sonores de son audiothèque ont depuis été endommagés. Voire perdus. Comme la grenouille dorée panaméenne ou le rhinocéros blanc du nord.

Le naturaliste raconte qu'aujourd'hui, enregistrer les sons de la nature est devenu un défi. Car la pollution sonore est presque omniprésente. Ce qui lui prenait trois ou quatre heures il y a 25 ans nécessite désormais quelque 2.000 heures de patience. Et les enregistrements « pollués » par des bruits de machines sont devenus monnaie courante.

C'est sans doute aussi pourquoi Martyn Stewart tient tant à nous inviter aujourd'hui à cet incroyable voyage sonore. À travers plus de 40 pays. Pour nous révéler les paysages de manière différente. Nous ouvrir les portes d'un autre monde.

Martyn Stewart a passé des années à enregistrer la nature. Comme un témoignage de sa beauté et de sa diversité. Comme un témoignage, malheureusement aussi, de l’empreinte que nous y avons laissée. © Alex from the Rock, Adobe Stock