Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Le secret des ailes d’insecte Les veines parcourant les ailes de criquets pèlerins constitueraient de bons renforts pour limiter la propagation de déchirures.

Oubliez la classique guêpe noire et jaune, les Eucharitidae arborent un stylestyle totalement différent. Par exemple, Pseudochalcura nigrocyanea, l'espèceespèce en photo ci-dessous, est un parfait exemple de la beauté extravagante de ces guêpes.

Mesurant quelques millimètres de long, leur tête est ornée d'antennes ramifiées qui peuvent rappeler les cornes d'un cervidé. Juste derrière, le prothoraxprothorax est compact et trapu. La partie postérieure du corps de l'insecteinsecte (appelé aussi mégastome) est relié à l'avant par un pétiolepétiole particulièrement fin. 

Si ces guêpes sont magnifiques, elles n'en sont pas moins redoutables ! Ces dernières ont un mode de vie parasitaire. Leur cible ? Le couvaincouvain des fourmis tropicales. Les larveslarves de ces guêpes s'accrochent aux fourmisfourmis fourragères qui rentrent dans le nid de la colonie. Une fois à l'intérieur, elles se nourrissent des pupespupes de ces dernières, puis quand leur transformation est terminée, ce sont les fourmis elles-mêmes qui continuent à les nourrir ! Une fois adulte, la guêpe parasite quitte la colonie pour se reproduire.