Planète

Des guêpes plient leurs ailes comme un origami

ActualitéClassé sous :zoologie , guêpe , guêpe parasite

-

Certains insectes plient leurs ailes lorsqu'ils ne volent pas. Mais des chercheurs ont découvert que des espèces de guêpes parasites utilisent un pliage original pour leurs ailes antérieures, en suivant une ligne transversale.

Dans leur article sur le pliage des ailes de certaines guêpes, les auteurs incluent un patron à imprimer, découper et plier pour aider les lecteurs à comprendre le système de pliage de l’aile. © Mikó et al., Plos One, 2014, cc by 4.0

Des guêpes parasitent d'autres insectes, comme les Evaniidae qui s'attaquent aux œufs des blattes (appelées aussi cafards ou cancrelats). C'est chez certaines de guêpes parasites vivant en Afrique subsaharienne que des chercheurs de l'université de Pennsylvanie (États-Unis) ont observé un pliage des ailes inhabituel. Leurs résultats paraissent dans Plos One.

Pour Andrew Deans, auteur de l'article, quelques insectes seulement, comme des forficules, des cafards ou des scarabées, peuvent plier leurs ailes de manière transversale : ceci leur permet de raccourcir l'aile et de la placer sous une aile antérieure modifiée pour la protéger.

Chez les guêpes parasites étudiées ici, ce sont les ailes antérieures qui sont pliées transversalement, ce qui est unique dans le monde animal. Concrètement, le pliage de l'aile peut se faire de manière longitudinale, c'est-à-dire selon une ligne qui va de la base vers le bout de l'aile. Mais ici, il existe aussi un pli transversal, selon une ligne allant de l'avant vers l'arrière de l'aile. Pour expliquer ce qu'ils ont observé au microscope, les chercheurs ont choisi l'image de l'origami : le pliage suit des lignes qui se croisent.

L’aile antérieure de la guêpe Afrevania longipetiolata, dépliée en A et B, est pliée comme un origami en C. Cette caractéristique est unique dans le monde animal pour ce type d’ailes. © Mikó et al., Plos One, 2014, cc by 4.0

Les guêpes Afrevania et Trissevania, rares et menacées

Les espèces étudiées dans cet article provenaient de deux familles : Afrevania et Trissevania, relativement rares et présentes parfois dans des espaces très restreints. Les chercheurs ont même découvert de nouvelles espèces. « Nous ne savions pas que ces nouvelles espèces existaient jusqu'à présent, et au moins deux d'entre elles — T. heatherae et T. mrimaensis — ne sont trouvées que dans une petite parcelle de territoire du Kenya qui est menacée par l'activité minière. » C'est particulièrement le cas dans la région de la forêt de Mrima Hill.

Les espèces de guêpes étudiées ont été trouvées dans plusieurs régions du Kenya, des forêts côtières de l'est jusque dans l'ouest en passant par les forêts centrales des régions d'altitude. Les spécimens ont été prélevés entre des altitudes proches du niveau de la mer et 2.507 m.

Les ailes des insectes intéressent les chercheurs, qui veulent mettre au point des technologies inspirées du vivant pour l'aérospatiale. Le mécanisme de pliage des ailes de guêpes pourrait être utilisé dans des systèmes qui doivent se déployer lors de missions spatiales, des panneaux solaires par exemple. De manière générale, les guêpes parasites trouvent des applications dans un tout autre domaine : la lutte biologique contre les ravageurs des cultures.

Cela vous intéressera aussi