Juillet 2019 a été le mois le plus chaud sur la planète, confirme la NOAA

Classé sous :climatologie , mois le plus chaud , changement climatique

Le mois de juillet 2019 a été le plus chaud jamais mesuré dans le monde, a indiqué l'Agence océanique et atmosphérique américaine NOAA, confirmant des observations émises par l'Union européenne il y a quelques jours. Selon la NOAA, la température moyenne de la planète en juillet était 0,95 °C au-dessus de la moyenne du XXe siècle de 15,8 °C. Ce qui en fait le mois le plus chaud jamais enregistré, pour des mesures remontant à 1880. Le mois le plus chaud précédemment enregistré était juillet 2016.

« Neuf des dix mois de juillet les plus chauds ont eu lieu depuis 2005, les cinq dernières années ayant été les cinq plus chaudes », a affirmé l'agence. L'Alaska a connu son mois de juillet le plus chaud depuis que la NOAA a commencé à y prendre des mesures en 2005. Plusieurs pays d'Europe ont subi de nouveaux records de température, et ce fut aussi le mois le plus chaud jamais enregistré dans toute l'Afrique. La banquise de l'Arctique a atteint son niveau le plus bas en juillet, 19,8 % sous la moyenne, encore plus bas que le record historique de juillet 2012, selon des données de la NOAA et de la Nasa. La banquise de l'Antarctique était quant à elle 4,3 % inférieure à la moyenne relevée entre 1981 et 2010.

Les données de l'agence européenne Copernicus Climate Change Service (C3S) et celles de l'agence américaine National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) aboutissent à la même conclusion : juillet 2019 a été le mois le plus chaud, tous mois confondus, jamais enregistré sur la planète. © Jenny Sturm, Fotolia
Pour en savoir plus

Juillet 2019 a été le mois le plus chaud jamais enregistré sur la planète

Article de Floriane Boyer, publié le 06/08/2019 

Après juin 2019 qui s'est élevé au rang du plus chaud mois de juin jamais enregistré, la tendance se poursuit. Le mois de juillet 2019 vient dépasser de justesse, avec 0,04 °C de plus, le record de juillet 2016, précédemment mois le plus chaud (tous mois confondus) jamais enregistré sur le globe, d'après un communiqué de l'agence européenne Copernicus Climate Change Service (C3S). À l'échelle de la planète, la température était de 0,56 °C au-dessus de la moyenne calculée sur la période 1981-2010, et de presque 1,2 °C de plus par rapport à l'ère pré-industrielle.

Les températures sont en augmentation sur tous les mois de l'année depuis quatre décennies, selon le Copernicus Climate Change Service (C3S). Le mois de juillet 2019 dépasse d'un cheveu (+0,04 °C) le record de juillet 2019, un écart si minime que d'autres organismes pourraient livrer des conclusions un peu différentes (température moyenne du mois de juillet 2019 égale ou légèrement inférieure à juillet 2016) avec leurs propres données. © Copernicus Climate Change Service (C3S), ECMWF

Alors que l'Europe a connu en juillet des températures légèrement supérieures à la moyenne évaluée sur 1981-2010, l'Arctique a été particulièrement affectée par la chaleur. Les plus grands écarts de températures par rapport à la moyenne ont été observés en Alaska, au Groenland, qui a connu des fontes record et a été délesté de 200 gigatonnes de glace en un mois, ou encore en Sibérie, où de terribles incendies continuent de sévir. Les températures étaient aussi anormalement élevées dans certaines régions d'Afrique et d'Asie, en Iran, en Australie et en Antarctique, selon le C3S. Les mois de juin et juillet 2019 ont tous deux été marqués en Europe par une canicule, celle de juin ayant notamment établi un record absolu de température de 46 °C en France. 2019 devrait s'inscrire parmi les cinq années les plus chaudes enregistrées, la plus chaude restant à ce jour l'année 2016, qui avait souffert d'un phénomène El Niño très sévère, amplificateur des effets du changement du climatique.

Carte montrant les anomalies de températures de surface de l'air (écarts par rapport à la moyenne) en juillet 2019, par rapport à la normale calculée sur les mois de juillet sur la période 1981-2010. Globalement, la température moyenne était plus élevée de 0,56 °C. © Copernicus Climate Change Service (C3S), ECMWF