Les sangliers provoquent chaque année des dégâts écologiques et économiques considérables. En France, on estime ainsi que les dommages aux cultures agricoles s'élèvent à 77 millions d’euros par an. Le problème est aussi criant en Espagne, où les sanglierssangliers s'invitent même dans les parcs publics, causant des grosses frayeurs aux promeneurs. Pour répondre à cette prolifération, l'Université autonome de Barcelone (UAB) teste actuellement un vaccinvaccin pour contrôler la fertilité des sangliers, ce qui pourrait, à terme, réduire la surpopulation notamment dans les zones urbaines et périurbaines où la chasse n'est pas autorisée.

Voir aussi

Science décalée : les sangliers polluent autant qu'un million de voitures

Selon Manel López Béjar, du département de santé et vétérinaire de l'UAB et qui dirige ce projet pilote, le vaccin baptisé « Gonacon » est efficace chez toutes les femelles étudiées, qui cessent d'ovuler. Il agit également sur la majorité des mâles, qui perdent leur capacité de reproduction pendant plusieurs mois et « il a même été observé qu'ils perdent leur désir sexuel et sont moins agressifs, ce qui diminue les conflits avec les humains ». Ainsi, le vaccin entraîne une réduction des hormoneshormones sexuelles, ce qui amoindrit la libidolibido et bloque le cycle de fécondationfécondation chez les femelles.

Seule ombre au tableau : il faut d'abord endormir l'animal à l'aide d'une fléchette pour pouvoir lui administrer le vaccin, ce qui n'est pas forcément très pratique. Mais si la vaccinationvaccination perd son efficacité au bout d'un ou deux ans chez les adultes, elle semble beaucoup plus longue chez les jeunes prépubères entre 3 et 6 mois, chez qui les effets pourraient même être définitifs, avance Manel López Béjar. Quoi qu'il en soit, d'autres mesures préventives doivent être prises pour limiter la prolifération de sangliers. On sait par exemple qu'une nourriture riche en énergieénergie comme les céréales ou les déchetsdéchets près des zones périurbaines favorise leur reproduction et leur croissance.