Planète

Les mérous chassent en groupe et communiquent… par gestes !

ActualitéClassé sous :zoologie , mérou , poisson

Des mérous d'Égypte et d'Australie n'hésitent pas à faire appel à des murènes, des pieuvres ou des napoléons pour débusquer une proie, mais comment ? C'est simple, grâce à un geste référentiel ! Ces serranidés pratiquent en quelque sorte une langue des signes interspécifique. 

Ce mérou Plectropomus pessuliferus a été photographié en mer Rouge. Cet animal peut atteindre 130 cm de long et être observé jusqu'à 150 m de profondeur. © Jean-Loup Castaigne, Flickr, cc by nc sa 2.0

Les Hommes et les grands singes peuvent exécuter des gestes référentiels, c'est-à-dire des mouvements qui attirent l'attention sur un objet présentant un intérêt pour les deux partenaires. D'un point de vue plus technique, ces gestes essentiels au développement du langage répondent à cinq critères : ils doivent clairement désigner une cible, s'adresser à un destinataire, ne pas avoir d'utilité mécanique, démontrer des signes d'intention et, enfin, recevoir une réponse volontaire.

Pendant longtemps, les scientifiques ont pensé que ces gestes étaient propres aux primates en raison de leurs grandes capacités cognitives, mais une étude parue en novembre 2011 a changé la donne. En cause : des corbeaux sauvages (Corvus corax) qui peuvent aussi communiquer avec des gestes, par exemple pour dire « regarde par là » ou « prends ceci ». Ils auraient donc des capacités cognitives comparables, à ce niveau de communication par gestes référentiels, à celles des primates et des mérous. Mais que viennent faire ces poissons dans l'histoire ?

Des chercheurs, menés par Redouan Bshary de l'université de Neuchâtel (Unine) en Suisse, ont fait une étonnante découverte en observant des mérous en Égypte et en Australie. Ces animaux chassent à l'occasion en groupe, mais pas obligatoirement avec d'autres congénères. En effet, ils peuvent collaborer avec des pieuvres (Octopus cyanea), des poissons napoléons (Cheilinus undulatus) ou des murènes javanaises (Gymnothorax javanicus) pour débusquer des proies hors d'atteinte, par exemple lorsqu'elles sont cachées dans de trop petites anfractuosités. C'est cependant un autre comportement qui a surpris les scientifiques : les mérous savent indiquer la position d'une cible avec des gestes !

Les mérous Plectropomus leopardus, ou truites de corail, ne s'éloignent jamais de plus de 500 m d'un récif. Ils sont piscivores à l'âge adulte, les jeunes préfèrent quant à eux manger des crustacés. © fabvirge, Flickr, cc by nc sa 2.0

La tête en bas pour indiquer la position de la cible

Selon l'article paru dans Nature Communications, deux espèces de mérous pratiquent cette communication interspécifique (communication entre deux espèces animales différentes), décrite pour la première fois chez des poissons : Plectropomus pessuliferus marisrubri et Plectropomus leopardus. Concrètement, ils indiquent la position des cachettes de leurs proies en se plaçant au-dessus, en position verticale, et ce jusqu'à ce qu'un partenaire de chasse le remarque. Certains poissons de mer Rouge (P. pessuliferus marisrubri) sont ainsi restés avec la tête en bas jusqu'à 25 min. Cette tâche de mémorisation atteint tout simplement un niveau comparable à ce qui peut être observé chez des grands singes !

« De tels comportements chez des poissons montrent que des capacités de communication au sein d'une communauté comprenant plusieurs espèces peuvent être développées chez des organismes vivants assez simples », indique le communiqué de l'Unine. Face à ce résultat, les chercheurs suggèrent d'adopter une approche plus évolutive et écologique durant l'étude des processus cognitifs impliqués dans les gestes référentiels. Notons qu'aucun napoléon, murène ou pieuvre n'a été vu en train d'indiquer des proies potentielles. Seuls les mérous semblent donc exploiter ces gestes... pour le moment. 

Cela vous intéressera aussi