Planète

Coopération franco-turque : un navire de l'Ifremer en mer de Marmara

ActualitéClassé sous :Terre

-

Equipé de l'engin téléopéré Victor 6000, le navire de l'Ifremer, L'Atalante, est parti étudier du 16 septembre au 15 octobre, les escarpements sismiques sous-marins en mer de Marmara.

Intitulée Marmarascarps, cette campagne de géologie qui se déroule en collaboration avec des chercheurs turcs, est dirigée par le professeur Rolando Armijo de l'Institut de Physique du Globe de Paris (CNRS-INSU). Son objectif est de comprendre les causes de tremblements de terre susceptibles de toucher des zones très urbanisées, telles que la région d'Istanbul. Selon les chercheurs, peu d'endroits au monde sont menacés d'un risque sismique aussi fort. L'intérêt de la communauté scientifique pour la recherche des causes de séismes à cet endroit fait suite à deux épisodes meurtriers survenus en août et novembre 1999. Une escale de L'Atalante était prévue à Istanbul à mi-parcours le 3 octobre.

Les missions précédentes dans la même région

Cette nouvelle campagne s'intègre dans un programme de recherche franco-turc au titre duquel trois campagnes ont déjà été menées :

- la campagne Marmara (septembre-octobre 2000) à bord du Suroît de l'Ifremer, qui a permis de cartographier le système de failles existant sur le plancher marin, à l'aide des sondeurs installés sur le navire : les segments les plus dangereux sont maintenant bien connus grâce à l'utilisation du Sar-Pasisar (cartographie + imagerie sur les 10 premiers mètres sous la surface),

- la campagne Seismarmara (août-septembre 2001) à bord du Nadir de l'Ifremer qui a permis d'aller plus loin avec l'investigation de la structure profonde du sol marin (10 km et au-delà). Les chercheurs savent que l'origine des grands séismes se situe à ces profondeurs,

- la campagne Marmaracore (août 2001), à bord du Marion-Dufresne de l'Institut Paul-Emile Victor, qui a réalisé un échantillonnage autour des grandes failles à l'aide d'un carottier géant, jusqu'à 40 mètres de profondeur. Les carottes permettent d'étudier l'évolution tectonique et paléoclimatique pendant toute la période Holocène(1) Ces données ont déterminés les prélèvements effectués par l'engin téléopéré Victor au cours de Marmarascarps.

Les résultats escomptés

Cette 4ème campagne géologique a permis aux scientifiques grâce à l'utilisation du Victor 6000, de reconnaître et de dater les ruptures historiques afin de reconstituer l'histoire paléo-sismologique des différents segments sous-marins. De telles informations sont fondamentales pour tester des scénarios de ruptures susceptibles d'engendrer de futurs séismes.

Notes :

(1) : dernière période de l'ère Quaternaire, de - 12 000 ans jusqu'à nos jours.

Cela vous intéressera aussi