Des scientifiques de l'université de Stuttgart développent en coopération avec des partenaires européens de la recherche et de l'industrie un concept innovateur de centrale électrique presque sans émission.
Cela vous intéressera aussi

L'institut d'ingénierie des procédés et de technologies des centrales (IVD - Institut fur Verfahrenstechnik und Dampfkesselwesen) de l'université de Stuttgart, qui a une longue expérience dans le secteur des techniques énergétiques, coordonne le projet subventionné à hauteur de 1,9 millions d'euros par l'Union européenne.

Le lignitelignite, qui est un porteur d'énergieénergie peu coûteux et présent en Europe en grande quantité, est utilisé dans ce projet. Au lieu de brûler simplement le charboncharbon, celui ci est gazéifié par de la chauxchaux brûlée additionnée à de la vapeur d'eau. La chaux absorbe ainsi le CO2 formé et est transformée en calcairecalcaire. Suivant la quantité de chaux utilisée, le gazgaz produit ne contient pas ou très peu de carbonecarbone, et avec un dosagedosage optimal, on peut parvenir à ne produire que de l'hydrogènehydrogène. Celui-ci peut alors être utilisé dans les centrales comportant des turbines à gazturbines à gaz ou à vapeur pour produire du courant sans émissions polluantes (la combustioncombustion de l'hydrogène ne génère que de l'eau). Le calcaire produit est quant à lui brûlé dans un deuxième réacteur et réacheminé en tant que chaux brûlée dans le premier réacteur pour en extraire le CO2.

Du coté allemand, les participants au projet sont l'entreprise IVE Weimer de Sindelfingen (M. Weimer est l'initiateur de la technique), le centre de recherche sur hydrogène et énergie solaire de Stuttgart, l'entreprise d'industrie minière Vattenfall Europe Mining ainsi que université de Cottbus (Brandebourg). Au total, 13 partenaires issus de 7 pays européens participent au projet.