Un lézard à quatre yeux vieux de 49 millions d'années, c'est possible ? Le fossile étudié faisait partie de la même famille que les varans. © voraphong pirawd, Fotolia

Planète

Un lézard à quatre yeux vieux de 49 millions d'années

ActualitéClassé sous :reptile , œil , lézard

Des chercheurs américains et allemands décrivent un fossile de varan qui, en plus de ses deux yeux « normaux », possède deux autres yeux sur le haut de la tête. Hormis les lamproies, ces lézards seraient les seuls vertébrés à posséder un quatrième œil.

Certains vertébrés, comme des poissons, amphibiens, reptiles, possèdent un « troisième œil », aussi appelé « œil pinéal » ou « œil pariétal ». Ce troisième œil, assez répandu chez des vertébrés primitifs, dérive souvent de l'organe pinéal. Mais chez les lézards, cette structure photosensible ne dériverait pas de la glande pinéale (l'épiphyse), mais de l'organe parapinéal. Une nouvelle étude de l'université Yale et de l'institut de recherche Senckenberg (Allemagne) apporte une explication.

L'épiphyse (ou glande pinéale) est une petite glande qui contient des photorécepteurs chez les poissons, les batraciens. L'organe pinéal et l'organe parapinéal sont deux diverticules du diencéphale de certains vertébrés (poissons et lamproies). L'épiphyse et l'organe parapinéal jouent des rôles dans l'orientation et l'horloge biologique des animaux.

Les chercheurs ont analysé deux fossiles de Saniwa ensidens trouvés dans les années 1870 dans le Wyoming (États-Unis). Ce varan vivait il y a près de 50 millions d'années. Des scanners aux rayons X ont révélé la présence de deux trous en haut du crâne des lézards. D'après les auteurs, ces trous permettaient de connecter le cerveau à deux structures ressemblant à des yeux : l'organe pinéal et l'organe parapinéal. Pour les chercheurs, les deux yeux présents simultanément sur la tête du lézard ne provenaient pas du même organe.

Modélisation de la tête de Saniwa ensidens, avec le troisième et le quatrième œil sur la tête. © Senckenberg, Andreas Lachmann

Un quatrième œil pinéal derrière le troisième œil parapinéal

La présence du quatrième œil semble confirmer que le troisième œil des lézards dérive de l'organe parapinéal et non de l'organe pinéal. Krister Smith, le principal auteur de l'article, a expliqué dans un communiqué« En découvrant un lézard à quatre yeux, dans lequel les deux organes pinéal et parapinéal ont formé un œil sur le sommet de la tête, nous avons pu montrer que le troisième œil du lézard est vraiment différent du troisième œil des autres vertébrés ».

Ce lézard fossile serait donc le seul vertébré à mâchoire possédant quatre yeux. Les lamproies ont aussi quatre yeux, si l'on considère que la glande pinéale et l'organe parapinéal forment chacun une structure photosensible ressemblant à un œil.

Les organes pinéal et parapinéal n'ont rien de mystique.

L'intérêt d'avoir un organe pinéal en-dehors du crâne est d'amplifier la photosensibilité, notamment pour de courtes longueurs d'onde. Chez des vertébrés inférieurs, cet œil pourrait servir à l'orientation, comme l'explique le chercheur : « Il est important de reconnaître que les organes pinéal et parapinéal n'ont rien de mystique. Ils peuvent percevoir la lumière et jouer un rôle dans le système endocrinien. Cependant, certaines capacités conférées par la glande pinéale sont vraiment extraordinaires. Par exemple, certains vertébrés inférieurs peuvent percevoir la polarisation de la lumière avec le troisième œil et s'en servent pour s'orienter géographiquement ». L'étude paraît dans la revue Current Biology.

  • Différents vertébrés possèdent un troisième œil sur la tête, provenant souvent de l’organe pinéal (épiphyse).
  • Un lézard fossile possède, en plus de ses deux yeux « normaux », deux autres yeux sur la tête, un pinéal et un parapinéal.
  • Le troisième œil des lézards serait d’origine parapinéale.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Jaguar contre caïman : qui va gagner ?  Au Brésil, une équipe de vidéastes de National Geographic a saisi un très rare moment : un jaguar tuant un caïman après une approche discrète et une attaque brève. Le film montre une technique de ce chasseur opportuniste, inconnue des autres félins : mordre la proie au niveau de la nuque pour briser la colonne vertébrale.