Planète

Microraptor : un biplan vieux de 125 millions d'années

ActualitéClassé sous :paléontologie , Microraptor , dinosaure

-

Comme les constructeurs d'avions, les oiseaux et leurs ancêtres ont d'abord préféré la formule biplan. C'est ce que pensent des chercheurs qui affirment que Microraptor, cet étrange reptile à plumes doté d'ailes sur les quatre membres volait en repliant ses pattes sous lui.

Incontestablement efficace, la formule biplan a encore ses adeptes 120 millions d'années après son invention, comme le démontre ce Stampe de 1948. © Le Vieux Biplan

Décrit en 2003 par Zhonghe Zhou, Microraptor est un animal bien étrange. Ce dinosaurien de la taille d'une poule, qui vivait il y a environ 125 millions d'années, était couvert de plumes et possédait des ailes sur les membres antérieurs mais aussi sur ses pattes arrière. Comment donc utilisait-il cette double voilure ?

Le Microraptor, tel qu'on le représente à l'American Museum of Natural History, à New York. Ce reptile ailé vivait entre 125 et 130 millions d'années avant le présent. Principale originalité : des ailes sur les pattes arrière, une formule oubliée depuis longtemps… © American Museum of Natural History

On a d'abord pensé qu'il étendait ses quatre membres, comme le font les parachutistes avant d'ouvrir leur voile, planant avec deux ailes à l'avant et deux ailes à l'arrière, juste avant la queue.

Pas du tout ! s'offusquent Sankar Chatterjee et R. Jack Templin, deux chercheurs américains. Si l'on en juge d'après les squelettes retrouvés, expliquaient-ils déjà en 2005, le Microraptor se serait brisé les hanches à vouloir ouvrir largement ses membres arrière pour les étendre à l'horizontale.

En repliant ses ailes arrière sous son corps, le Microraptor trouvait la posture qu'utiliseront, plus de cent millions d'années plus tard, les rapaces pour attraper leurs proies et quelques humains pour faire voler de drôles d'engins… © Sankar Chatterjee / Jack Templin

Biplan ou tandem ?

Selon eux, Microraptor repliait ses pattes sous lui, « comme le font les aigles et les faucons quand ils veulent se saisir d'une proie. », de sorte que les ailes arrière étaient en fait les ailes inférieures. Chatterjee et Templin viennent de publier une belle analyse aérodynamique dans les PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences) pour démontrer que la seconde paire d'ailes est plus efficace en position inférieure car la traînée est plus faible.

Il est vrai qu'en aviation, la formule à deux plans en tandem (deux ailes à l'avant et deux à l'arrière) n'a jamais remporté un grand succès, alors que la position en biplan (deux ailes au-dessus et deux ailes au-dessous) donne de biens meilleurs résultats. Reste que les oiseaux, comme les fabricants d'avions, ont finalement préféré la formule monoplan...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi