Le silure se distingue entre autres du poisson-chat par une paire de moustaches en moins et par sa taille bien supérieure. Le record actuel est de 2,74 mètres pour un silure capturé dans le Tarn en 2017. © Rémi Masson, tous droits réservés

Planète

Le silure, ce poisson géant qui étonne encore les chercheurs !

ActualitéClassé sous :poisson , silure , silure glane

-

Le silure n'en finit plus d'étonner les chercheurs. Connu pour sa taille qui fait de lui le plus gros poisson de nos eaux douces, il a aussi défrayé la chronique par ses comportements alimentaires surprenants, comme sa technique « d'échouage » pour capturer des pigeons sur la berge. Aujourd'hui ce sont ses comportements sociaux complexes qui intéressent les scientifiques.

Le silure est un poisson du groupe des siluriformes, les « poissons-chats », un groupe très vaste comprenant plus de 3.000 espèces présentes sur tous les continents, sauf l'Antarctique. En France, ce groupe est seulement représenté par le poisson-chat Ameiurus melas, une espèce introduite originaire d'Amérique du Nord, et par le silure glane (Silurus glanis).

Moins « exotique » que son cousin d'Amérique du Nord, le silure glane est autochtone - présent naturellement - en Ukraine, Russie, Hongrie, Roumanie, Croatie... Jusqu'au Moyen Âge, il a existé aussi des populations autochtones de silures plus proches de nous, en Belgique, Pays-Bas, Suède, Suisse, Allemagne et peut-être en France dans le Rhin, mais le petit âge glaciaire a fait diminuer, voire disparaître nombre d'entre elles. C'est tout le paradoxe du silure dont les populations naturelles sont en régression tandis qu'il étend son territoire vers l'ouest et le sud de l'Europe.

Carte de la répartition actuelle du silure glane en Europe. En hachuré, les zones où le silure est présent naturellement, en noir où il a été introduit et en gris où il n’y a pas eu officiellement d’introduction. © D’après Cucherousset et al. 2018.

L'Europe de l'Est a servi de refuge glaciaire et c'est de là que sont issus les silures introduits en France, dans un affluent de la Saône, à la fin des années 1960. D'autres introductions ont suivi et le silure est aujourd'hui présent dans tous les grands cours d'eau de notre territoire.

Sa colonisation rapide des différents milieux d'eau douce et sa grande taille ont fait craindre qu'il ne nuise aux autres espèces de poissons, mais les nombreuses études scientifiques sur ce sujet n'ont pas montré d'impact du silure sur la biodiversité des cours d’eau où il est présent. Seule sa prédation sur les espèces migratrices, notamment au niveau des barrages, reste encore à l'étude. Son extension rapide s'explique notamment par sa remarquable faculté d'adaptation au milieu, notamment la grande plasticité de son régime alimentaire.

Les choix alimentaires du silure

Certains silures se spécialisent en effet sur un type de proies - coquillages ou écrevisses, par exemple - tandis que d'autres sont plus variés dans leurs choix alimentaires. Le meilleur exemple étant la prédation spectaculaire de certains silures sur des proies terrestres comme le pigeon.

Quand un silure attaque les pigeons ! © Rémi Masson, tous droits réservés
Attaque réussie d’un silure sur un pigeon. Une prédation étonnante, sous-entendant un apprentissage, qui concerne un nombre limité de silures qui se sont spécialisés dans ce type de proies. En moyenne, une attaque sur trois est couronnée de succès. © Rémi Masson, tous droits réservés

Le silure : poisson solitaire ou grégaire ?

Autre particularité, alors que l'on a longtemps cru le silure plutôt solitaire, la découverte de grands rassemblements de silures en une masse compacte de poissons en mouvement formant une boule de plusieurs mètres de diamètre pour plus d'une tonne (soit la plus importante masse de poissons d’eau douce réunis jamais décrite au monde) laisse penser qu'au contraire, les silures seraient plutôt grégaires. Ils entretiendraient des liens étroits entre eux : reconnaissance entre individus, hiérarchie du groupe autour des plus gros poissons, échanges d'informations...

Le phénomène des rassemblements de silures. © Rémi Masson, Vimeo

On savait déjà le silure très sensible à son environnement : odeurs, bruits, goût, mouvements d'eau, mais aussi champs électriques... Mais la découverte récente que ces poissons émettent sous l'eau différents types de sons pour communiquer entre eux ouvre une nouvelle voie de recherche qui permettra peut-être d'en savoir plus sur leur vie sociale, notamment la nature des échanges entre individus au sein du groupe.

« Discussion » entre deux gros silures. © Rémi Masson, tous droits réservés

Pour en savoir plus sur le silure

Un nouveau livre « L'Homme silure » sur le point de paraître début 2020 est déjà disponible en pré-commande sur la plateforme Ulule. Restes fossiles retrouvés en France, répartition actuelle, alimentation, croissance, taille, longévité, reproduction, comportement sous l'eau, albinisme, malformations, immenses rassemblements, communication par émission de sons, légendes... Le silure n'aura plus de secrets pour vous !

L'Homme silure, plus de 300 pages et 400 photos, préface de Bernard Pivot et de Frédéric Santoul, chercheur à l’université de Toulouse. Auteurs : Rémi Masson et Jean-Claude Tanzilli.
Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !