Planète

Océanographie : le Thalassa reprend la mer pour deux campagnes allemandes

ActualitéClassé sous :océanographie , robot , Victor 6000

Après l'embarquement du robot téléopéré Victor 6000 de l'Ifremer à bord du brise-glace Polarstern de l'Institut Alfred Wegener de Bremerhaven (Allemagne) à Brest en 2003, la coopération franco-allemande en océanographie se poursuit. Le 3 juin 2005, deux campagnes océanographiques allemandes sont parties de Brest sur le navire océanographique français Thalassa de l'Ifremer.

Le navire Thalassa de l'Ifremer Crédit : http://www.ifremer.fr

Financé par la DFG (Deutsche Forschungsgemeinschaft), important organisme de recherche allemand, un contrat d'affrètement a été conclu entre l'Université de Brême et l'Ifremer. Dans le cadre de ce partenariat, l'Ifremer mettra à disposition Thalassa pour effectuer deux campagnes d'océanographie physique dans l'Atlantique Nord, du 3 juin au 16 août 2005.

La première campagne, qui se déroulera du 3 juin au 12 juillet (Brest - St Jean, Terre Neuve), sera conduite par Monika Rhein du département d'océanographie de l'Université de Brême. L'objectif de cette première campagne : mesurer la circulation des masses d'eaux profondes polaires (issues de la Mer du Labrador) dans l'Atlantique Nord, entre l'Irlande et le Canada et jusqu'aux côtes du Groenland. Ces masses d'eau variant d'une année à l'autre, les données récoltées en 2005 seront comparées à celles obtenues lors de précédentes campagnes effectuées sur des navires allemands en 1999, 2001 et 2003. Au cours de cette campagne, des outils tels que la bathysonde1 (150 stations) et le courantomètre acoustique2 seront mis en œuvre.

Menée par Jürgen Fischer du laboratoire d'océanographie physique de l'Institut Leibniz de Kiel, la seconde campagne se déroulera du 16 juillet au 16 août (St Jean, Terre Neuve - Vigo, Espagne). Elle permettra de poursuivre les études réalisées lors de précédentes campagnes en mer du Labrador. A cette occasion, la mise à l'eau de mouillages et la récupération de 10 mouillages dérivants seront effectuées. La bathysonde (80 stations) et le courantomètre acoustique seront par ailleurs mis en oeuvre.

Ces deux campagnes témoignent de la reconnaissance internationale de la polyvalence de Thalassa, au delà de sa spécialité halieutique.

En août, au départ de Brest, l'Institut Alfred Wegener mobilisera L'Atalante, navire de l'Ifremer équipé du ROV (engin téléopéré) Victor 6000. Cette campagne se déroulera au large de la Norvège et du Spitzberg. Quatrième campagne allemande menée sur ce site, elle fait suite à l'intervention du Polarstern (et Victor 6000) en 2003. Des scientifiques français y participeront.

Notes :

1 Bathysonde, ou CTD (Conductivity, Temperature and Depth) en anglais, mesure la profondeur, la température, la conductivité (donc la salinité) et la teneur en oxygène dissout. Cet instrument fait appel à de l'électronique de haute précision. Généralement, il est mis à l'eau à partir du navire en station (arrêté) avec un câble électro-porteur qui permet la transmission des données à l'un des ordinateurs de bord. Une station de mesures CTD peut durer jusqu'à 3 heures selon la profondeur de mesure. Après traitement, cet instrument fournit un profil de température, de salinité et d'oxygène dissous en fonction de la profondeur avec un pas d'échantillonnage de l'ordre de 1m.
2 Courantomètre acoustique, ou ADCP (Acoustic Doppler Current Profiler) en anglais, peut mesurer et enregistrer les courants jusqu'à une profondeur qui dépend de la fréquence de l'onde acoustique émise. Par exemple, un ADCP 75KHz aura une portée de 600 à 700 m dans l'eau de mer. L'ADCP utilise l'effet Doppler. Il émet de manière régulière des ondes sonores qui sont réfléchies par des particules en suspension. Lorsque le signal réfléchi revient, l'ADCP abandonne son rôle d'émetteur pour se transformer en récepteur. Suivant le temps de trajet entre l'émission et la réception d'une part, et la variation de la fréquence du signal par rapport au signal émis d'autre part, une information sur la direction du courant et sa vitesse peut être recueillie à différents niveaux de la colonne d'eau.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi