Planète

Le navire océanographique Polarstern

ActualitéClassé sous :océanographie

-

Le navire océanographique Polarstern

Bremerhaven (Basse-Saxe). Après quatre mois d'expédition dans les mers arctiques, le brise-glace Polarstern a retrouvé son port d'attache de Bremerhaven. La mission, conduite par le Pr. Jorn Thiede et le Dr. Eberhardt Fahrbach, revient avec d'innombrables données et quelques surprises. Tout comme lors des campagnes arctiques précédentes, les mesures de température de l'eau du fond du détroit de Fram, prises par 75° de latitude Nord, ont montré un gain de 0,01°C d'une année sur l'autre. Nul doute que cet accroissement aura des conséquences sur l'évolution future des courants océaniques. Autre fait marquant de la campagne arctique 2001 du Polarstern, la découverte de trois "cascades" transportant l'eau de surface jusqu'à 2300m de profondeur. Pour suivre ces phénomènes durant le long hiver arctique, trois stations de mesure ont été installées in situ, relevant le taux de salinité et la température de l'eau sur toute la hauteur des cascades.

La seconde partie de l'expédition, menée en collaboration avec les États-Unis et joliment baptisée AMORE (Arctic Mid-Ocean Ridge Expedition), a été consacrée à l'étude de la dorsale de Gakkel. L'intense degré d'activité de cette faille sous-marine a surpris tous les géologues embarques à bord du Polarstern. Alors que la faible expansion de la dorsale (quelques millimètres par an) laissait supposer une activité volcanique réduite, les échantillons de roches remontés à la surface et les enregistrements sismologiques de la dorsale ont prouve le contraire. Comme toutes les expéditions polaires, cette campagne aura été une formidable aventure humaine, qui dépasse largement le cadre rigide de la science. Celle-ci aura eu une résonance particulière. Le 6 septembre, trois navires de recherche, Polarstern, Healy et Oden (Suède) se sont retrouvés au pole Nord, avec à leur bord des scientifiques de 17 nationalités. Un beau symbole qui illustre parfaitement la nécessaire coopération internationale dans le domaine des sciences de la mer.

Sources : Agence pour la Diffusion de l'Information Technologique (ADIT, http://www.adit.fr) - Abonnement gratuit sur le site

Cela vous intéressera aussi