Planète

Une carte sonore révèle l’impact de la navigation sur les baleines

ActualitéClassé sous :océanographie , développement durable , Carte sonore des océans

Les baleines s'entendent-elles chanter quand un bateau passe ? Une carte sonore réalisée par des Américains répond en couleurs à cette question. Mieux encore, cette carte animée visualise les réactions des baleines et suit leur déplacement en traquant leurs chants. Voici donc un nouvel outil pour la préservation des baleines menacées.

Cette carte représente le niveau sonore des océans. Le bleu profond représente le bruit de fond naturel des océans, les points plus clairs représentent les chants des baleines franches près de Boston. © Dimitri Ponirakis

Le monde du silence est empli de bruits parasites assourdissants. La faute au trafic maritime qui a très fortement augmenté au cours des 60 dernières années. Or la densité de l'eau étant supérieure à celle de l'air, la transmission des ondes y est très efficace. Au grand dam de certains animaux marins, cette véritable pollution sonore interfère avec leur moyen de communication.

Pour estimer quantitativement cette cacophonie maritime, une équipe de chercheurs de la Cornell University a réalisé une carte animée des sons de l'océan. « Les gens ne se rendent pas compte à quel point l'océan au large de la côte est artificialisé », souligne Christopher Clark du programme de recherche en bioacoustique du Cornell Lab of Ornithology.

Cette carte animée crée une visualisation du bruit sous forme de couleurs. Plus les couleurs tendent vers le bleu, comme on peut le voir sur l'illustration en bas de l'article, plus les océans sont calmes. Plus elles sont proche du rouge, plus le bruit est important.

Cliquer pour agrandir. Cette carte visualise le bruit d’un seul navire commercial entrant dans le port de Boston. Le jaune-orangé vif symbolise un environnement bruyant. Les voix des baleines, petits points clairs en bas à droite et au centre de l’illustration et sur l’illustration en bas de l’article, sont étouffées par le bruit de ce navire. © Dimitri Ponirakis

« Maintenant, je peux quantifier combien de bruit est généré chaque fois qu'un bateau passe, explique Christopher Clark lors de la réunion annuelle de l'American Association for the Advancement of Science (AAAS). Cela crée un bruit de fond et l'on peut mesurer la quantité d'espace acoustique brouillé par le passage des navires. Par exemple, chaque jour, les baleines franches perdent 80 à 85% de leurs opportunités de communication à cause du trafic maritime. »

Les navires, des voisins responsables de tapage maritime

Pendant trois mois, des appareils placés sur les fonds océaniques ont enregistré les sons de cet univers plus si silencieux que cela. Après avoir été repêchés, ces appareils ont livré leurs données aux analystes en bioacoustique qui les ont transcrites de manière visuelle pour obtenir une carte animée.

Il est désormais possible d'évaluer l'impact du bruit sur les baleines, mais aussi de traquer ces cétacés. Ainsi, les chercheurs ont observé qu'à mesure que le bruit du trafic maritime augmente, les baleines franches de l'Atlantique Nord (Eubalaena glacialis) diminuent leurs communications. Jusqu'à présent, seules les tempêtes les faisaient taire. Parfois, ces baleines identifiées comme espèce menacée vont jusqu'à quitter les zones trop bruyantes, preuve de la gêne provoquée par le bruit.

Des bouées d'écoute placées là où le trafic des navires, comme des cétacés, est important pourraient être une solution pour réduire cette pollution sonore. Ces bouées détecteraient la présence de baleines et en avertiraient les navires. Ceux-ci pourraient alors réduire leur vitesse pour diminuer leur nuisance acoustique.

Cela vous intéressera aussi