Plus grande que ce que l’on pensait jusqu’ici, la surface de cette décharge flottante située dans l’océan Pacifique ferait trois fois celle de la France. Une pollution qui nous amène à nous interroger sur les problèmes posés par les déchets de matière plastique.

Des milliards de morceaux de plastique, 80.000 tonnes de déchetsdéchets : la gigantesque décharge qui flotte dans le Pacifique est bien plus importante qu'estimé précédemment, et s'étend sur une surface de trois fois la France, selon une étude publiée jeudi 22 mars. Alors que la production de plastiqueplastique dépasse 320 millions de tonnes par an, une partie de ces sacs, bouteilles, emballages, filets de pêchepêche abandonnés et microparticules dégradées s'agglutinent dans plusieurs zones des océans, sous l'effet de tourbillonstourbillons géants formés par les courants marins, et ils menacent animaux et écosystèmesécosystèmes.

C'est le plus important de ces vortexvortex, connu comme la « grande zone d'ordures du Pacifique » (Great pacific garbage patch, GPGP), que sont allés scruter, à mi-chemin entre Hawaï et la Californie, les auteurs de l'étude publiée dans la revue Scientific Reports.

Voir aussi

Dans le Pacifique, un continent de déchets de plastique… et un insecte

Estimant que tout kilomètre carré contenant plus d'un kilogramme de plastique fait partie de cette poubelle du Pacifique, ils évaluent sa taille à environ 1,6 million de km2, soit trois fois la France continentale, même s'il ne s'agit pas d'une massemasse compacte. Et en se basant sur la récolte de 1,2 million d'échantillons et sur des survolssurvols aériens, ils concluent aussi que 1.800 milliards de morceaux de plastique, pesant un total de quelque 80.000 tonnes, flottent dans ce magmamagma qui « augmente de façon exponentielle ».

Ces estimations sont ainsi quatre à seize fois supérieures à deux précédentes études de ce vortex, soulignent les chercheurs. Un résultat en partie lié à des méthodes d'analyse « plus fiables », les précédentes s'étant surtout concentrées sur les microplastiquesmicroplastiques. Mais qui pourrait « aussi être attribué à l'augmentation de la pollution plastique des océans dans la zone », notamment en lien avec les débris du tsunamitsunami japonais de 2011.

Le « tout-jetable » pollue la planète

De manière générale, le plastique représentait 99,9 % des déchets récoltés, mais pas nécessairement sous forme microscopique comme s'y attendaient les scientifiques. Ils ont été surpris de découvrir qu'en poids, plus des trois quarts de cette décharge étaient constitués de débris dépassant cinq centimètres et près de la moitié de matériel de pêche abandonné.

Ces cordes et ces filets « fantômes » tuent beaucoup « de poissons, de tortuestortues, et même de mammifèresmammifères marins » qui s'empêtrent dedans, explique à l'AFP l'auteur principal Laurent Lebreton, de la fondation Ocean Cleanup. Mais c'est malgré tout « plutôt une bonne nouvelle » parce que « les gros débris sont bien plus faciles à collecter que les microplastiques », souligne-t-il.

La « grande zone d'ordures du Pacifique » (<em>Great pacific garbage patch,</em> GPGP). © HKG – AFP

La « grande zone d'ordures du Pacifique » (Great pacific garbage patch, GPGP). © HKG – AFP

« Ces résultats nous fournissent des données-clés pour développer et tester notre technologie de nettoyage, mais il souligne également l'urgence de s'attaquer au problème de la pollution aux plastiques », a ajouté dans un communiqué Boyan Slat, fondateur de Ocean Cleanup. Le jeune Néerlandais, qui s'est lancé dans cette aventure à 18 ans, développe avec ses 75 ingénieurs un système de barrières flottantes destinées à attraper les débris en plastique.

Quand il sera opérationnel, il espère vider 50 % de la décharge du Pacifique en cinq ans. Mais ces barrières ne pourront pas ramasser les morceaux inférieurs à un centimètre, ce qui laisse entier le problème des microdéchets, particules dangereuses : ingérées par les petits animaux, elles entrent dans la chaîne alimentairechaîne alimentaire. Combien de temps mettront-ils à disparaître ? « Ça dépend du type de polymèrepolymère, des conditions environnementales, mais la réponse sincère est que nous ne savons pas vraiment », reconnaît Laurent Lebreton.

Le niveau de la pollution plastique en eaux profondes et sur les fonds marins sous la GPGP reste inconnu.

L'étude s'interroge également sur le risque que ces particules finissent pas couler. « Le niveau de la pollution plastique en eaux profondes et sur les fonds marins sous la GPGP reste inconnu », estiment les chercheurs, qui appellent à d'autres échantillonnageséchantillonnages.

Malgré ce constat inquiétant, Laurent Lebreton refuse de désigner des coupables. « Les gens voient la quantité de matériel de pêche et pointent du doigt l'industrie de la pêche, mais ils mangent aussi du poisson. Ce n'est pas la question d'un secteur ou d'une région, c'est principalement notre mode de vie et de consommation, les plastiques à usage unique, la société du tout-jetable, souligne-t-il. Nous devons prendre des mesures importantes en la matièrematière. Nous résoudrons ce problème à l'échelle mondiale. »