Les cercles de fées australiens tels que vus par un drone à 40 mètres d’altitude. © Stephan Getzin, Université de Göttingen
Planète

Le mystère des cercles de fées enfin résolu

ActualitéClassé sous :Nature , cercles de fée , Australie

On les surnomme poétiquement les cercles de fées. Et ils figurent en bonne place dans la liste des plus grandes énigmes de la nature. Ou peut-être devrait-on parler au passé. Car des chercheurs semblent avoir enfin résolu le mystère. Les cercles de fées seraient l'œuvre d'ingénieurs de l'écosystème « en herbes »...

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Le mystère de l'île de Pâques avec Antoine  Antoine fait escale sur l'île de Pâques, Rapa Nui en polynésien, dans l'océan Pacifique. Il nous fait découvrir les statues géantes, ou moaïs, déconcertantes jusqu'à enflammer les imaginations. Aujourd'hui, comme nous le rappelle Antoine, l'inspiration qui nous vient devant cette terre désertifiée est celle d'un parallèle avec notre planète, maltraitée par l'humanité. 

Les cercles de fées. Vus du ciel, ils forment de petites surfaces sans végétation. Des zones de 2 à 12 mètres de diamètre, entourées d'herbes hautes. Ils sont connus notamment en Namibie et en Australie. Et depuis des années, ils défient toutes les théories des scientifiques.

C'est pour tenter de résoudre cette énigme qu'une équipe internationale a décidé de prendre le problème à bras le corps. À grands renforts de drones, de caméras multispectrales, de statistiques spatiales, de cartographies et de données météorologiques, les chercheurs ont mené une enquête de terrain approfondie du côté de l'ouest de l'Australie.

Les chercheurs ont notamment cartographié et classé les Triodia, des graminées endémiques dans la région, en fonction de ce qu'ils appellent leur statut de vitalité. Comprenez, leur force et leur capacité de croissance. Le tout sur cinq parcelles d'un hectare. Leur conclusion : le modèle d'Alan Turing explique bien les étranges motifs de végétation à la base des cercles de fées australiens. De quoi étendre ce principe de la physique aux écosystèmes des zones arides.

Une manière de survivre aux environnements rudes et secs

Les données des chercheurs montrent en effet que le modèle unique des cercles de fées australiens émerge depuis les herbes des rétroactions écohydrologiques biomasse-eau. Ainsi, les cercles de fées étudiés -- avec leurs grands diamètres de 4 mètres et les croûtes d'argile dues aux intempéries et au ruissellement de l'eau qui en résultent -- constituent une source d'eau supplémentaire essentielle pour la végétation des zones arides. Les touffes d'herbes augmentent l'ombrage et l'infiltration d'eau autour des racines voisines.

Ce sont des ingénieurs naturels de l’écosystème

« Tout se passe comme si les graminées concevaient activement leur propre environnement en formant des structures espacées symétriques, un peu comme des ingénieurs naturels de l'écosystème, explique Stephan Getzin, chercheurs à l'université de Göttingen (Allemagne) dans un communiquéLa végétation bénéficie de l'eau de ruissellement supplémentaire fournie par les grands cercles de fées. Ceux-ci maintiennent ainsi l'écosystème aride fonctionnel même dans des conditions très dures et sèches. »

Dans les environnements moins soumis au stress hydrique, la couverture végétale est plus uniforme. Et « sans l'auto-organisation des graminées, cette région deviendrait probablement désertique », remarque Stephan Getzin. L'émergence des cercles de fées semble ainsi être le moyen trouvé par la nature pour gérer un ancien déficit de pénurie d'eau permanente.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !