Le CO2 émis par les incendies en Australie voyagera tout autour de la planète et participera à l’établissement de nouveaux records de concentration atmosphérique. © jamenpercy, Adobe Stock

Planète

Les incendies en Australie vont participer à une augmentation record des niveaux de CO2

ActualitéClassé sous :gaz à effet de serre , Réchauffement climatique , Incendies en Australie

-

Au moins 33 morts. Plus de 10 millions d'hectares partis en fumée. Des centaines de milliards d'animaux tués. Et quelque 2.000 habitations réduites en cendres. C'est le bilan provisoire des incendies qui sévissent en Australie depuis le mois de septembre dernier. Il faudra, préviennent les experts, y ajouter les conséquences des centaines de millions de tonnes de CO2 émis dans l'atmosphère.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] COP25 : la concentration de CO2 dans l’atmosphère sur 15 ans  Grâce à des données collectées sur Terre et depuis l’espace, la Nasa a compilé l’augmentation de la concentration de dioxyde de carbone et sa distribution mondiale pendant quinze ans. À la fin des mesures en 2015, le maximum atteignait 402 ppm ; aujourd’hui, nous en sommes à 418 ppm. 

Une nouvelle vague de chaleur a déferlé sur l'Australie. Accompagnée de vents secs. Des conditions idéales au déclenchement de nouveaux incendies. Et la situation fait craindre au service national britannique de météorologie, le Met Office, une augmentation record du taux de CO2 dans notre atmosphère pour l'année 2020.

Car les chiffres avancés aujourd'hui font déjà état de 400 à 700 millions de tonnes de CO2 émis par les incendies monstres qui ravagent l'Australie depuis le mois de septembre 2019. Et le Met Office prévoit que ces émissions de CO2 pourraient grandement participer à faire monter la barre de la concentration atmosphérique moyenne à 414,2 parties par million (ppm). Alors que le niveau moyen - mesuré du côté du Mauna Loa (Hawaï) - de 2019 était de 411,5 ppm. Des pics au-delà de 417 ppm sont même attendus. Alors que les chercheurs considèrent que 450 ppm comme un seuil au-delà duquel le réchauffement climatique pourrait littéralement s'emballer.

Pour se faire une meilleure idée, rappelons que dans les années 1950, la concentration de CO2 dans l'atmosphère se situait autour de 315 ppm. Augmentant de moins d'un point par an. Mais au cours de la dernière décennie, elle a plutôt augmenté de 2 ppm en moyenne chaque année. Cette fois, il serait bien question d'une augmentation de près de 3 ppm.

Pour comparaison, les incendies qui avaient touché l’Indonésie entre 1997 et 1998 sont réputés avoir émis entre 3.000 et 9.000 millions de tonnes de CO2 ! © donnchans, Adobe Stock

Pas de frontière pour le CO2

Mais faut-il conclure que la différence sera totalement imputable aux incendies qui font rage en Australie ? Le raccourci serait pour le moins douteux. Car bien sûr, les principales émissions restent celles liées au recours à des énergies fossiles. Et il faut noter que seulement la moitié du CO2 que nous émettons reste dans l'atmosphère. L'autre moitié est absorbée par les océans et les plantes. Ainsi la quantité de CO2 qui demeure dans l'atmosphère peut varier en fonction des conditions météorologiques qui affectent la croissance des plantes.

Pour 2020, les experts prévoient par exemple un temps chaud et sec sur le Pacifique. De quoi entraîner une augmentation de 10 % du CO2 demeurant dans l'atmosphère. Et 20 % de ces 10 % seraient alors à imputer aux feux de brousse qui brûlent actuellement une partie de l'Australie.

Car il faut noter que si certains gaz sont très réactifs et rapidement détruits dès leur entrée dans l'atmosphère, d'autres persistent plusieurs mois, voire plusieurs années. Ce qui leur laisse le temps d'être transportés loin de leur source d'émission. C'est notamment le cas du CO2. Qui en plus, contrairement à ce que l'on peut observer pour le monoxyde de carbone (CO), par exemple, ne se laissera pas arrêter par la barrière virtuelle de l'équateur. Il se répartira partout autour du monde et participera ainsi au réchauffement climatique global.

  • Les incendies qui font rage en Australie émettent de grandes quantités de CO2 vers l’atmosphère.
  • Un CO2 qui participera à atteindre des niveaux records en 2020.
  • Jusqu’à 417 parties par million !
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !