Planète

MAJ : Solar Impulse reporte sa traversée du Pacifique

ActualitéClassé sous :énergie renouvelable , avion solaire , HB-SIB

Alors que André Borschberg s'était installé à bord du SI2 de Solar Impulse pour décoller de Nagoya, au Japon, vers Hawaï, les conditions météorologiques semblaient trop près des limites. Après un premier report de deux heures, l'équipe a choisi d'annuler le départ.

Le SI2 à l'atterrissage à Nagoya le lundi 1er juin, de nuit, après un déroutement dû à de mauvaises conditions météorologiques. © Solar Impulse (photo prise par un spectateur)

-----------------

Article initial paru le 23/06/2015 à 17 h 31

Après trois semaines d'attente à Nagoya, au Japon, l'équipe de Solar Impulse vient d'annoncer le décollage cette nuit du SI2 qui partira vers Hawaï avec André Borschberg aux commandes. Ce voyage au-dessus du Pacifique durera cinq jours et cinq nuits. La seconde étape de cette traversée l'amènera à Phoenix, aux États-Unis.

Parti de Nanjing, en Chine, le dimanche 31 mai, le SI2 n'avait pu poursuivre le vol vers Hawaï à cause d'un front froid infranchissable. Avant ce départ, l'attente avait été longue tant il est difficile de disposer de prévisions météorologiques fiables sur une durée de cinq jours et une distance de 7.900 km. Or, l'avion solaire a besoin de conditions assez bonnes avec peu de vent et pas beaucoup de nuages.

L'appareil s'était alors posé à Nagoya, au Japon, et l'équipe de Solar Impulse avait dû patienter, d'abord sous les bourrasques. Fragile, l'avion de 72 m d'envergure, protégé par une bâche provisoire, s'était abîmé au sol au niveau d'un aileron. Il avait alors fallu le réparer puis attendre une nouvelle fois une bonne « fenêtre météo », selon le terme consacré, pour entamer la traversée du Pacifique. Finalement, cet après-midi, les discussions ont abouti à un « Go ». « C'est la décision la plus difficile que nous ayons prise depuis le départ », a expliqué Bertrand Piccard. Tous les paramètres sont au vert mais, en effet, leur évolution reste incertaine.

André Borschberg décollera à 0 h 30 en heure locale, soit 19 h 30 en heure de France métropolitaine. Partir de nuit peut sembler paradoxal pour un avion solaire mais les batteries sont déjà chargées et, la nuit, le vent est calme et l'activité aéronautique est faible voire nulle sur l'aéroport de Nagoya. Dans les heures qui suivront le décollage, le soleil se lèvera tôt et les batteries pourront se recharger.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi