Planète

En bref : demain c’est l’Earth Hour, éteignons les lumières…

ActualitéClassé sous :développement durable , Earth Hour , énergie renouvelable

Ce samedi 29 mars, de 20 h 30 à 21 h 30 en heure locale, les habitants de la planète Terre sont invités à éteindre symboliquement leurs lumières pour marquer leur attachement à la protection des ressources. C'est l'Earth Hour, organisée chaque année par le WWF.

L'Earth Hour (illustrée ici par Jean-Baptiste Feldmann) est un événement organisé à l'échelle de la planète, pour signifier l'importance de réfléchir à nos productions et nos consommations d'énergie. Au passage, profitons-en pour regarder les étoiles, qui nous attendent derrière les lampadaires. © Jean-Baptiste Feldmann

Couper la lumière durant une heure : c'est l'idée lancée à Sydney en 2007 et entretenue depuis par le WWF. Cette onde planétaire d'ombre qui partira d'Asie pour se terminer à l'ouest de la Polynésie (avec un concert au grand stade de Tahiti) est purement symbolique bien sûr, et certains en sourient.

Elle est avant tout l'occasion de montrer le degré de conscience face aux défis à venir en matière de ressources énergétiques. Au niveau individuel, chacun, ainsi, peut affirmer qu'il est au courant... On peut s'inscrire sur le site français de Earth Hour pour marquer sa participation. Le WWF en profite pour montrer tous les projets qu'il soutient et que l'on peut aider avec des sommes modestes ou une pétition. La page Facebook dédiée permet aussi de s'exprimer.

L'événement est également relayé par des villes du monde entier et à Paris, il ne faudra donc pas s'étonner de voir la tour Eiffel devenir sombre. En France, 400 bâtiments publics, d'ordinaire illuminés, deviendront momentanément des silhouettes dans la nuit, comme dans le reste du monde. En 2013, 7.000 villes, dans 152 pays, avaient participé.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi