On pense parfois que les groupes présentant le plus grand nombre d’espèces pèsent le plus dans la biomasse globale. Une étude exhaustive affirme aujourd’hui le contraire. Ce sont en fait les plantes qui règnent en maître incontestable sur notre planète.

au sommaire


    Cela vous intéressera aussi

    [EN VIDÉO] Nos merveilleuses forêts vues par le satellite Biomass Biomass devrait être lancé en 2020. Ce satellite de l'Esa, l'Agence spatiale européenne, à la...

    Pour comprendre la structure et la dynamique de la biosphère, il est essentiel de disposer d'un recensement de la biomassebiomasse. C'est pourquoi des chercheurs ont décidé de procéder à un décompte quantitatif de la biomasse de chaque taxontaxon. Résultat, les plantes écrasent toutes les autres catégories du vivant.

    L'étude montre que 450 des 550 gigatonnes de carbonecarbone portées par la TerreTerre sont stockées dans les plantes. Et principalement à la surface de la Terre. Loin derrière, arrivent les bactériesbactéries - avec 70 Gt de carbone - que l'on trouve surtout dans les profondeurs souterraines.

    Une étude détaille le poids en gigatonnes de carbone stocké (Gt C) de chaque taxon de biomasse. © Yinon M. Bar-On, Weizmann Institute of Science

    Une étude détaille le poids en gigatonnes de carbone stocké (Gt C) de chaque taxon de biomasse. © Yinon M. Bar-On, Weizmann Institute of Science

    L’Homme pèse peu et beaucoup à la fois

    Les animaux - marins, pour la plus grande part -, quant à eux, ne comptent pour pas plus de deux gigatonnes de carbone, dont la moitié est stockée dans des arthropodesarthropodes tels que les insectesinsectes ou encore les araignéesaraignées. L'Homme, lui, ne pèse pas plus de 0,06 gigatonne de carbone. C'est autant que les termites ! Et une portion infime de la biomasse totale. Mais les chercheurs insistent sur le poids que l'Homme peut malgré tout peser sur la dynamique de la biosphèrebiosphère. Ainsi au cours des 10.000 dernières années, le poids de la biomasse végétale aurait-il été réduit de moitié.

    Partant de ces premiers résultats, les chercheurs continuent leurs travaux. Leur objectif ultime : identifier la protéineprotéine la plus abondante sur notre planète Terre. Une réponse est attendue dans le courant de l'année.