Implanter chez des mâles porteurs des cellules de testicules d’autres animaux donneurs : c’est l’idée des scientifiques pour faciliter l’élevage et produire plus de bétail avec les caractéristiques désirées. Une technique qui présente sur le papier de nombreux avantages par rapport à l’insémination artificielle, et qui permettrait aussi de préserver des races ou espèces en danger.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Le fantastique pouvoir des cellules souches La jeunesse éternelle semble être une quête aussi ancienne que l’humanité. Il se pourrait que cette fontaine de jouvence tant convoitée se situe au cœur même de notre organisme, au sein des cellules souches. Discovery Science nous emmène à la découverte de ces étonnantes cellules en vidéo.

Vous connaissez le principe des mères porteuses ? Voici les pères porteurs. Non, il ne s'agit pas comme dans le film Junior de rendre Arnold Schwarzenegger « enceint », mais de cloner des cellules de testiculestesticules de taureau ou de porc chez d'autres mâles afin de les faire enfanter des descendants du donneur. En effet, même le meilleur bouc reproducteur au monde ne possède pas une quantité illimitée de spermesperme. « Nous pouvons [grâce à cette technique] obtenir une meilleure diffusiondiffusion des caractéristiques souhaitables et améliorer l'efficacité de la production de viande. Cela peut avoir un impact majeur sur la lutte contre l'insécurité alimentaire dans le monde », se réjouit Jon Oatley, biologiste de la reproduction au Collège de médecine vétérinaire de l'université de Californie du Sud, qui a participé à cette étude parue dans la revue PNAS.

Le saviez-vous ?

En France, 6,86 millions d’inséminations artificielles ont été menées chez la vache en 2019, portant sur 59 races différentes. La Prim’Holstein représente à elle seule 48 % de ces inséminations, suivie de la Montbéliarde et la Charolaise (10 % chacune).

Souris, porcs, chèvres et bovins

Pour obtenir des pères porteurs, la première étape consiste à les rendre stériles en éliminant un gènegène nommé NANOS2 relatif à la fertilité, à l'aide de l'outil d'édition génétiquegénétique CRISPR-Cas9. Ensuite, les cellules souchescellules souches reproductrices du mâle avec les caractéristiques génétiques désirées sont implantées dans les testicules des mâles porteurs, qui commencent alors à produire du sperme ayant les mêmes cellules que le mâle donneur lorsqu'ils deviennent matures. Les chercheurs ont ainsi produit des souris, des porcs, des chèvres et des bovins stériles, mais la technique de transplantationtransplantation n'a pour l'instant été testée que chez la souris, où elle s'est avérée être un succès.

Bien plus puissant que l’insémination artificielle

Selon les chercheurs, le clonageclonage de testicules est un outil bien plus puissant que l’insémination artificielle. Pour le porc, la procédure d'insémination implique que les animaux soient à proximité car le sperme ne survit pas bien à la congélation. Chez la chèvre, l'insémination artificielleinsémination artificielle est difficile et nécessite souvent une intervention chirurgicale. Ici, il est possible pour n'importe quel éleveur dans le monde d'avoir accès au matériel génétiquematériel génétique d'animaux d'élite provenant d'autres régions, expliquent les auteurs. Cela permet également aux éleveurs de laisser leurs animaux interagir sur le terrain afin qu'ils se reproduisent naturellement entre eux. En outre, les femelles dépourvues du gène NANOS2 n'étant pas stériles (le gène étant spécifique à la fertilité masculine), elles pourraient donner naissance à une armée de pères porteurs prêts à être inséminés avec les cellules de testicules d'un donneur lambda.

Les cellules de testicules sont implantées chez un « père porteur » qui va transmettre les caractéristiques génétiques du donneur. © rolffimages, Adobe Stock
Les cellules de testicules sont implantées chez un « père porteur » qui va transmettre les caractéristiques génétiques du donneur. © rolffimages, Adobe Stock

Conservation des espèces en danger

« Des taureaux de substitution peuvent également aider à la conservation de races rares, dont le nombre décroissant d'individus laisse les communautés animales isolées les unes des autres, limitant leur diversité génétique », fait valoir Irina Polejaeva, professeure à l'université d'État de l'Utah et coauteure de l'étude. Un constat aussi valable chez les animaux sauvages comme les lions des montagnes ou les tigrestigres chez qui la consanguinitéconsanguinité est un vrai problème.

Rien de tout cela ne pourra toutefois se réaliser sans une modification de perception du grand public envers les animaux génétiquement modifiés, reconnaît Jon Oatley. À l'heure actuelle, seul un saumon transgénique est autorisé à la commercialisation (mais pas en Europe). D'autre part, il ne s'agit encore que d'une preuve de concept, et il faudra voir le taux d'échec de cette transplantation de cellules pour vérifier qu'elle est viable commercialement.