Espace d’activités proposant différents jeux favorisant l’éveil et la motricité de l’enfant. © Kot63, Fotolia.

Santé

Auxiliaire de puériculture

MétierClassé sous :Travail , Métiers médicaux , puéricultrice

L'auxiliaire de puériculture est chargé des premiers soins, de l'éveil et du développement des enfants âgés de 0 à 3 ans. Son travail s'effectue en crèche, en hôpital ou en PMI et ses missions diffèrent selon son lieu d'exercice. Mais dans tous les cas, le bien-être de l'enfant est la priorité.
 

Pouvant exercer au sein de différentes structures, l'auxiliaire de puériculture s'occupe d'enfants de 0 à 3 ans malades chroniques, handicapés ou bien portants. Selon son lieu d'activité, ses missions ne seront pas tout à fait les mêmes.

En crèche ou halte-garderie, l'auxiliaire de puériculture accompagne l’enfant dans son développement, de ses 2 mois à son entrée à la maternelle. Elle suit le rythme de l'enfant en lui donnant à manger, en lui changeant la couche, en l'éveillant à travers différentes activités ou chansons... Quand elle s'occupe de plus grands, l'auxiliaire de puériculture leur apprend à manger seul, à devenir propre, leur enseigne la socialisation avant leur future entrée à l'école ainsi que l'autonomie.

Au sein d'un service hospitalier ou en maternité, l'auxiliaire de puériculture donne les soins courant aux nouveau-nés : prise de poids, de température, mesure, toilette, préparation de biberons... Elle s'occupe également du matériel et veille à la propreté de la chambre, et « forme » les nouveaux parents aux soins de bébé. En PMI (centre de protection maternelle et infantile), l'auxiliaire de puériculture prend part aux consultations et assure la gestion des dossiers ainsi que les visites au domicile des parents en compagnie de la puéricultrice. Elle a plus un rôle d'accueil et de conseil auprès des familles.

Les principales compétences et qualités à avoir

Travailler avec des enfants n'est pas donné à tout le monde... Voici les principales qualités à avoir en tant qu'auxiliaire de puériculture :

  • savoir garder son calme et avoir une bonne condition physique ;
  • faire preuve de patience et de douceur ;
  • être pédagogue et à l'écoute aussi bien des parents que des enfants ;
  • être rigoureux et avoir le sens des responsabilités ;
  • être créatif et imaginatif ;
  • avoir un bon relationnel ;
  • aimer le travail en équipe ;
  • maîtriser les règles d'hygiène et de sécurité.
L’auxiliaire de puériculture aide l’enfant à s’éveiller en lui proposant des activités de son âge, favorisant le développement. © Kzenon, Fotolia.

Les conditions de travail

L'auxiliaire de puériculture travaille souvent debout et peut porter plusieurs fois par jour nouveau-nés ou enfants en bas âge. Une bonne condition physique est donc requise tout comme une bonne résistance au bruit et à la fatigue nerveuse.

En crèche, les horaires de travail sont réguliers mais peuvent être décalés, une crèche étant ouverte en général de 7h à 18h voire 19h.
En service hospitalier, l'auxiliaire de puériculture peut travailler de jour comme de nuit et effectuer des permanences les weekends et jours fériés.
En PMI, les horaires de travail sont fixes et plutôt classiques, de type 9h-18h.

Comment devenir auxiliaire de puériculture ?

Pour devenir auxiliaire de puériculture, il faut être titulaire du Diplôme d'Etat d'auxiliaire de puériculture (DEAP) dont l'entrée se fait sur concours. Aucun diplôme préalable n'est requis mais il faut avoir 17 ans minimum à l'entrée en formation. Deux épreuves écrites et une épreuve orale sont à passer, sachant que si vous avez déjà un Bac pro Accompagnement, soins et services à la personne (ASSP) ou un CAP Accompagnant éducatif petite enfance par exemple, vous êtes dispensés des épreuves d'admissibilité. La sélection se fait alors sur dossier puis entretien avec un jury.

Le salaire d’un auxiliaire de puériculture 

Un auxiliaire de puériculture débutant gagne entre 1490 et 1900 euros bruts mensuel selon son lieu d'exercice. Après plusieurs années d'activité, un auxiliaire de puériculture peut prétendre à une rémunération avoisinant les 2300 euros bruts par mois.

Les perspectives d’évolution d’un auxiliaire de puériculture

Après trois années d'exercice, un auxiliaire de puériculture peut se présenter au concours d'entrée d'un institut de formation en soins infirmier (IFSI) et prétendre au Diplôme d'Etat d'infirmier ou encore au Diplôme d'Etat d'éducateur de jeunes enfants. Il peut également s'orienter vers le métier d'aide-soignant ou bien d'aide médico-psychologique.

Entreprises qui emploient des auxiliaires de puériculture

  • crèches privées ;
  • crèches publiques ;
  • Fondation Apprentis d'Auteuil ;
  • centres hospitaliers ;
  • Croix-Rouge française.
     

Maman, le métier d'auxiliaire de puériculture fait la part belle à l'humain et à la relation aussi bien avec l'enfant qu'avec ses parents. J'ai un rôle de conseiller, d'accompagnant auprès des parents et j'aide leur enfant à s'épanouir, à se développer, à se socialiser et à devenir autonome. Je leur donne à manger, les change, leur propose des activités créatives ou d'éveil... Et je suis là aussi en cas de gros chagrin ! Pas toujours facile d'être loin de papa et maman. Je peux aussi peser les nouveau-nés, suivre leur courbe de croissance, prendre la température si je travaille en milieu hospitaliers ou en PMI.

Retour en enfance garanti !