Santé

Le bon régime pour le cœur : peu de travail, du vélo et du chocolat

ActualitéClassé sous :médecine , régime pour le cœur , Chocolat

Plusieurs études, exposées lors d'un congrès de cardiologie, montrent les méfaits d'un travail stressant, prouvent à l'inverse les bienfaits d'une consommation modérée de bon chocolat et aussi de la pratique du vélo, à condition qu'elle soit intensive.

Faire du vélo est bon pour le cœur... mais à condition de faire de vrais efforts ! © Antoine Fink/Flickr - Licence CC by-nc-sa 2.0

Plusieurs études, présentées au congrès de la Société européenne de cardiologie (ESC Congress 2011), qui se tient à Villepinte (Seine-Saint-Denis) jusqu'à mercredi, montrent que le style de vie et un régime alimentaire adéquats sont les meilleurs moyens de prévention contre les maladies cardiaques. Selon l'Organisation mondiale de la santé, quelque 23,6 millions de personnes devraient mourir de maladies cardiovasculaires en 2030 dans le monde, 6 millions de plus qu'aujourd'hui.

Des chercheurs de l'école de médecine de Baltimore (université du Maryland) avaient constaté il y a une dizaine d'années que les personnes souffrant d'un problème cardiaque avaient moins le sens de l'humour. La même équipe a voulu évaluer l'effet du rire sur la fonction vasculaire, largement déterminée par l'état de la membrane qui tapisse les vaisseaux.

Présentant à des volontaires des passages d'un film grave (Il faut sauver le soldat Ryan), ces chercheurs ont constaté chez les spectateurs un resserrement des parois des vaisseaux. En revanche, chez les mêmes sujets, un film drôle qui fait rire induit une expansion des parois. La différence du diamètre des vaisseaux était de 30 à 50 %, « similaire au bénéfice qu'on peut retirer de l'exercice ou de l'usage de statines » (médicaments prescrits préventivement pour le cœur), selon Michael Miller, directeur du Centre de cardiologie préventive. « Rire régulièrement est sans doute un élément d'un mode de vie sain pour éviter la maladie cardiaque. »

Le film Les Tontons flingueurs (1963, de Georges Lautner, ici la scène de la cuisine) doit-il être prescrit sur ordonnance et remboursé par la Sécurité sociale ? Quoi qu'il en soit, il est bon pour le cœur, c'est scientifiquement prouvé... © DR

Et aussi, manger du chocolat... Déjà connu pour ses effets euphorisants et antioxydants, il pourrait réduire les risques cardiaques. Le docteur Oscar Franco et son équipe, de l'université de Cambridge, ont passé au crible sept études et classé les quelque 100.000 participants en fonction de leur consommation de chocolat. Dans cinq études, « les plus hauts niveaux de consommation de chocolat étaient associés à une réduction de 37 % du nombre de maladies cardiaques et de 29 % des AVC par rapport aux plus bas niveaux de consommation ». Il n'y avait pas d'impact notable de la consommation de chocolat sur les infarctus. Ces résultats doivent cependant être pris avec prudence, dans la mesure où le chocolat est gras et sucré et qu'en consommer trop peut favoriser la prise de poids, le diabète... et les maladies de cœur. Les chercheurs ont suggéré de développer la production de chocolats ordinaires moins gras et moins sucrés.

Travailler moins, pédaler plus

Limiter les risques de maladies cardiaques, c'est aussi améliorer les conditions de travail. Selon une étude de Tea Lallukka, de l'université d'Helsinki, un emploi « à haut niveau de stress », avec « des exigences fortes et un contrôle limité sur la manière d'y répondre » est à risque pour la santé cardiaque. Et plus encore si ce stress est associé à de longues heures au travail. Elle note que ceux qui travaillent sont en général en meilleure santé que les chômeurs, sauf s'ils sont soumis à de fortes demandes et à des pressions excessives, durant de longues périodes.

Pour garder son cœur en forme, les cardiologues suggèrent encore un effort particulier : faire du vélo, certes, mais de façon intense, selon une étude conduite par le cardiologue danois Peter Schnohr. Par rapport aux hommes qui pédalent tranquillement, ceux qui appuient fort sur les pédales survivent 5,3 années de plus, et ceux qui font des efforts modérés, 2,9 années de plus. L'observation vaut pour toutes les causes de mortalité mais particulièrement pour celles causées par des problèmes cardiaques. Chez les femmes, cependant, les différences sont un peu moindres : de 3,9 et 2,2 années de plus.

Voilà donc quelques pistes pour améliorer sa santé cardiaque...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi