Cela vous intéressera aussi

Le premier risque... est de faire des économies d'énergieénergie et d'améliorer le confort !

Mais il faut néanmoins être prudent car, dans certains cas en effet, si vos travaux entrainent une réduction des débitsdébits d'airair de ventilationventilation (souvent, à l'origine, en ventilation "naturelle" avec une bonne part provenant de fuites et infiltrations au niveau des fenêtresfenêtres ...!), vous vous exposez à une dégradation rapide de la qualité de l'air intérieur qui aura des conséquences néfastes sur la santé des occupants et se traduira souvent par l'apparition de moisissures ou condensationscondensations sur les parties les moins bien isolées : angles de mursmurs, liaison avec le plafond ou toittoit, huisserieshuisseries,...

Il faut avoir une approche globale du traitement des déperditions en y incluant le plus tôt possible la prise en compte de la ventilation.