Maison

La préparation du sol et des équipements

Dossier - L'arrosage automatique : à la goutte près !
DossierClassé sous :Jardinage , Maison , jardin

L’arrosage automatique libère des contraintes quotidiennes. Il permet aussi de maîtriser sa consommation d’eau en s’adaptant aux besoins des végétaux qui composent le jardin. Ce dossier vous accompagne pas à pas dans l'installation d'un arrosage automatique, du choix de l'implantation au réglage du programmateur.

  
DossiersL'arrosage automatique : à la goutte près !
 

Une fois le réseau déterminé, il est temps de passer aux choses concrètes et d'entamer la mise en place du système d'arrosage automatique : traçage, réalisation des tranchées et positionnement des tuyaux et autres matériels.

La préparation du sol et des équipements. Ici, quadrillage de la zone à arroser. © Rschlie, Fotolia

Le traçage

Le traçage in situ reproduit fidèlement le schéma d'implantation. L'emplacement de chaque arroseur est repéré à l'aide de piquets, puis les circuits sont matérialisés avec du plâtre en poudre ou du sable.

Les étapes de la mise en place du système. © Rain Bird et aujardin.info

Les tranchées

Les tranchées se creusent en inclinant les bords vers le fond. Le travail peut s'effectuer à la bêche mais il est plus pratique de louer une trancheuse mécanique, surtout si le terrain est grand. Si l'on utilise la bêche, il est judicieux de retirer le gazon par plaques afin de le reposer plus facilement le moment venu.

Avec la trancheuse, ce n'est guère possible mais après le remblaiement, les traces du chantier disparaissent assez vite. Le creusement s'achève en nivelant bien le fond : il est débarrassé des cailloux et des mottes qui pourraient endommager les tuyaux. En cas de sol pierreux, un lit de sable est établi sur 8 à 10 cm d'épaisseur.

Mise en place du matériel

Le terrassement fini, on déroule les tuyaux dans les tranchées puis les éléments (arroseurs, électrovannes, raccords, regards...) sont disposés près de leurs emplacements respectifs. Les tronçons de tuyaux sont alors coupés à longueur en conservant une marge de sécurité de quelques centimètres. Pour la découpe, il vaut mieux se servir d'un bon cutter que d'une scie à métaux, qui oblige à ébarber. La phase de préparation s'achève en assemblant les kits de départ qui vont former le collecteur d'électrovannes, partie névralgique du réseau. Chaque électrovanne est associée à un régulateur de pression et précédée d'une vanne d'arrêt manuelle, qui permet d'isoler les circuits lors des activités de maintenance.