À l’occasion de la Journée mondiale du recyclage, et deux ans après avoir lancé sa filiale de récupération et de recyclage « Isover Recycling », Isover dresse le bilan sur le recyclage et la réutilisation de la laine de verre.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Le recyclage des panneaux solaires est-il possible ? Depuis 2012, une directive européenne contraint les fabricants de panneaux photovoltaïques à lnull

Inscrit dans son ADNADN, le recyclage des matériaux est le principe même de la fabrication de la laine de verre. Aujourd'hui, cet isolant minéralminéral, thermique et phonique, intègre a minima 40 % de matériaux recyclés. Bien, mais encore insuffisante, cette part devrait doubler à l'horizon 2030 pour atteindre les 80 %. Pour réussir ce pari, Isover s'est fixé comme objectif de récupérer les déchets de laine de verre issus de la déconstruction des bâtiments, soit 75.000 tonnes/an. Un second axe est sous le feufeu des projecteurs : la rénovation des bâtiments construits dans les années 1970 et 1980. Ces chantiers devraient faire doubler le volumevolume de déchetsdéchets à l'horizon 2030. En tout, c'est près de 150.000 tonnes/an de déchets qui seront produits dont la majeure partie sera dans la plupart des cas enterrée. Si rien n'est fait, cela n'augure rien de bon pour la préservation des ressources naturelles. Un comble pour un produit qui est à l'origine recyclable à 100 %, et ce, à l'infini.

Le saviez-vous ?

46 millions de tonnes de déchets sont produits chaque année par le secteur du bâtiment.
90 % de ces déchets sont issus des chantiers de déconstruction et réhabilitation.
7 % des déchets proviennent des constructions neuves.

Recycler, réutiliser : des objectifs atteints

Au lancement d'Isover Recycling en 2018, le but était de contribuer aux objectifs de la croissance verte conformément au texte de la loi de la transmission énergétique pour la croissance verte. À l'horizon 2020, il s'agissait de valoriser 70 % des déchets du bâtiment, de réduire de 30 % les déchets non dangereux et non inertes, et de réduire de 50 % les produits manufacturés non recyclables. Des objectifs atteints, voire dépassés.

À ce jour, Isover Recycling a collecté 150 tonnes de laine de verre usagée. Quatre cents tonnes devraient être recyclées fin 2021. Ce qui représente à terme plus de 5.000 tonnes de matièresmatières premières qui seront réinjectées pour fabriquer de nouveaux rouleaux de laine de verre.

Des 120.000 tonnes de laine de verre issues des déchets du bâtiment, l'objectif à terme d'Isover est le 0 déchet. Pour y parvenir Isover mise sur son service « <em>Isover Recycling</em> » et ses partenaires. © Isover
Des 120.000 tonnes de laine de verre issues des déchets du bâtiment, l'objectif à terme d'Isover est le 0 déchet. Pour y parvenir Isover mise sur son service « Isover Recycling » et ses partenaires. © Isover

Une économie circulaire en trois étapes

Grand ou petit chantier, cette démarche qui est l'affaire de tous est des plus simples. Les entreprises (maîtres d'ouvrage) prennent contact avec un collecteur qualifié « Isover Recycling ». Ce dernier se charge de la formation des équipes et de l'organisation du tri et de la collecte. Le collecteur compacte en big bag et achemine les déchets au centre de revalorisation « Oxymelt ». Là, les déchets sont transformés en calcincalcin pour être réutilisés dans les lignes de production de la laine de verre. Répartie sur 35 départements, la réussite du recyclage de la laine de verre s'appuie sur 20 collecteurs qui gèrent 60 déchèteries.

Si la volonté affichée peut permettre de réduire de façon drastique l'enfouissement de la laine de verre, il demeure à ce jour, qu'un seul centre de traitement situé à Orange (Vaucluse) est capable de la transformer. Raison pour laquelle, à l'exception de l'île de France, où les grands chantiers sont traités, les départements concernés par le recyclagerecyclage de la laine de verre, sont situés dans le sud-est de la France.