Hyperloop Transportation Technologies est la première des entreprises engagées dans le projet de train subsonique à avancer sur la fabrication d’un prototype de capsule à taille réelle. © Hyperloop Transportation Technologies

Tech

Hyperloop : la première capsule sera construite à Toulouse

ActualitéClassé sous :technologie , trains , Hyperloop

La société Hyperloop Transportation Technologies vient d'engager la fabrication de sa capsule de train subsonique. Longue de 30 mètres pour un poids de 20 tonnes, elle pourrait emporter jusqu'à 40 passagers. Ce prototype sera assemblé en France dans un centre de R&D installé à Toulouse.

Si l'on entend beaucoup parler du concept d'Hyperloop et de ses promesses de transport à grande vitesse, les éléments concrets de son développement sont encore assez partiels. Plusieurs entreprises (Hyperloop One, Hyperloop Transportation Technologies, TransPod, Arrivo) sont au coude à coude pour faire aboutir ce projet de train subsonique. Parmi elles, Hyperloop One et Hyperloop Transportation Technologies (HTT) sont, à ce jour, les plus avancées.

En mai 2016, Hyperloop One a réalisé un premier test assez sommaire et avance depuis sur la fabrication d'un tunnel d’essai qui devrait être opérationnel d'ici la fin du premier semestre. Plus récemment, SpaceX, l'entreprise d'Elon Musk, l'initiateur du projet Hyperloop, a sélectionné trois prototypes de capsules conçus par des universités. Mais on avait encore très peu d'informations concrètes sur la configuration finale d'une capsule Hyperloop censée évoluer à plus de 1.200 km/h dans ces tubes basse pression.

C'est désormais chose faite avec l'annonce d'Hyperloop Transportation Technologies qui va entamer la fabrication d'un prototype à taille réelle. Dans une vidéo publiée sur YouTube, l'entreprise donne un certain nombre de détails techniques qui permettent de se faire une idée un peu plus précise. Fabriquée en partenariat avec l'entreprise espagnole Carbures, spécialisée dans les matériaux composites pour l'aéronautique, elle mesurera 30 mètres de long pour 2,7 mètres de diamètre et 20 tonnes.

Voici une vue de l’intérieur de la capsule Hyperloop sur laquelle travaille Hyperloop Transportation Technologies. Les ouvertures sur les parois ne sont pas des fenêtres mais des écrans qui pourront diffuser des informations par réalité augmentée. © Hyperloop Transportation Technologies

Un départ d'Hyperloop toutes les 40 secondes

La « Passenger Hyperloop Capsule » pourra transporter de 28 à 40 passagers. Selon Hyperloop Transportation Technologies, les départs de capsules pourront s'enchainer toutes les 40 secondes, offrant la possibilité de transporter jusqu'à 164.000 passagers quotidiennement. Malheureusement, aucune information technique précise n'est fournie concernant la technologie de propulsion par sustentation magnétique passive, le système de batterie et leur remplacement ou charge rapide à l'issue de chaque voyage.

Le flou demeure également en ce qui concerne l'aménagement intérieur de ces capsules. Dans sa vidéo promotionnelle, HTT montre furtivement ce qui semble être l'intérieur de son prototype au design épuré et d'un blanc immaculé. On ne voit que les parois dans lesquels sont ménagées de grandes ouvertes ovales qui seront en fait des écrans d'affichage à réalité augmentée.

La construction de ce prototype se fera en France, dans le centre de recherche et développement de Toulouse qu'Hyperloop Transportation Technologies a récemment officialisé. Une version finale de l'engin doit être présentée début 2018. Elle sera ensuite testée sur un tunnel d'essai de 8 kilomètres qui sera installé en Californie (États-Unis).

Pour en savoir plus

Un centre de recherche va s'installer en France

Article de Marc Zaffagni, paru le 25/01/2017

Hyperloop Transportation Technologies, l'une des sociétés impliquées dans la conception du train subsonique promu par Elon Musk (Tesla, SpaceX), a annoncé la création d'un centre de R&D à Toulouse, sur l'ancienne base militaire de Francazal. La présence d'Airbus et de nombreuses entreprises liées à l'aérospatiale ont joué en faveur de la ville rose.

Il y a une semaine, Hyperloop Transportation Technologies (HTT) annonçait la signature d'un accord avec la municipalité de Brno (République tchèque) afin d'étudier la création d'une ligne reliant la ville à Bratislava (Slovaquie) distante de 130 kilomètres en 10 minutes. Afin de soutenir ce projet européen, et probablement d'autres à venir, HTT a choisi d'installer un centre de recherche et développement sur le Vieux Continent qui sera localisé non pas en Europe centrale, mais en France.

L'annonce est tombée sur Twitter. C'est à Toulouse que ce centre de R&D sera installé, plus précisément dans un bâtiment de 3.000 m² sur l'ancienne base militaire de Francazal. S'y retrouveront environ trente ingénieurs et des doctorants qui plancheront sur des prototypes de capsules Hyperloop. Une piste d'un kilomètre de long sera également construite pour réaliser des essais sur place.

50 emplois créés et 37 millions d’euros d’investissement

Le choix de Toulouse ne doit rien au hasard puisque la ville rose est un pôle de référence pour l'aérospatiale, avec la présence d'Airbus et de nombreuses entreprises spécialisées. Et HTT a justement prévu de puiser dans ce vivier en créant un Hyperloop Academy qui fera le lien avec les universités et les laboratoires de recherche ainsi que l'Hyperloop Lab, un incubateur de jeunes pousses travaillant sur des technologies liées au projet de train subsonique.

Au final, le site de Toulouse Francazal devrait permettre de créer une cinquantaine d'emplois. HTT prévoit d'y investir 40 millions de dollars soit un peu plus de 37,3 millions d'euros au cours actuel.

Hyperloop One veut relier Dubaï à Abu Dhabi en 12 minutes  La société nord-américaine Hyperloop One vient d'annoncer un accord avec la municipalité de Dubaï (Émirats Arabes Unis) pour étudier la possibilité d'une ligne reliant cette ville à la capitale Abu-Dhabi en douze minutes. Voici à quoi pourrait ressembler un trajet dans ce train.