Par un test auditif, il est possible d’estimer grossièrement l’âge de vos oreilles. Est-il en accord avec votre âge réel ? © Bohed, pixabay.com, DP

Santé

Le 16 h : avez-vous l’âge de vos oreilles ?

ActualitéClassé sous :biologie , audition , trouble de l’audition

L'audition se dégrade avec le temps. Mais vos oreilles vieillissent-elles plus vite que le reste de votre corps ? Pour le savoir, voici un petit test rapide qui permet de vous jauger. À vos écouteurs... mais pas trop fort non plus !

Ce n'est un secret pour personne : nous vieillissons. Mais, et c'est plus difficile à concevoir, tous les organes ne subissent pas de la même façon les affres du temps qui s'égrène. Les seins par exemple montrent des signes génétiques de vieillissement plus précoces que le reste du corps. Une curiosité de la nature.

L'efficacité d'autres tissus dépend également des effets de l'environnement. Si de nombreux organes peuvent se régénérer en cas de lésions légères (peau, foie, vaisseau sanguin, etc.), d'autres cellules sont irremplaçables. C'est le cas des cellules ciliées au fond de l'oreille, qui contribuent à l'audition en amplifiant le son arrivant dans la cochlée et en engendrant l'influx électrique qui va parcourir le nerf auditif jusqu'au cerveau.

Cette vidéo, en anglais, comporte un petit test qui permet de situer l'âge de notre audition. © YouTube, AsapSCIENCE

Une fois en place dans l'oreille interne, leur nombre n'évolue plus. Ou, du moins, n'augmente plus, car elles ne se renouvellent pas (ou seulement exceptionnellement). Or, l'exposition au bruit, surtout s'il est fort, a raison d'une partie d'entre elles à chaque fois. L'âge avançant, leur nombre se réduit, ce qui a des conséquences sur l'audition, mais pas de n'importe quelle façon. La preuve avec ce petit test qui permet d'estimer l'âge de nos oreilles.

Les hautes fréquences disparaissent les premières

En réalité, comme l'explique la vidéo, les cellules qui sont frappées en priorité sont celles qui sont sensibles aux fréquences les plus élevées, car les premières à recevoir l'onde sonore et donc les plus soumises au stress. Progressivement, elles dégénèrent et nous perdons de l'amplitude dans notre spectre auditif, les fréquences les plus hautes nous étant au fur et à mesure inaudibles.

Pour limiter les dégâts, le meilleur moyen reste de limiter l'exposition aux sons les plus intenses. Les casques et autres écouteurs doivent être utilisés avec parcimonie, car ils propulsent l'onde sonore directement dans le conduit auditif. S'il y a trop de décibels, vos cellules ciliées peuvent succomber.