Planète

Les espèces invasives, menaces pour la biodiversité

Dossier - La Caulerpa taxifolia, algue invasive
DossierClassé sous :océanographie , caulerpa , taxifolia

-

Appelée algue tueuse, peste verte, fleur du mal, serpent des mers, Alien des mers, algue fatale, assassine, ravageuse, cancer ou sida des mers... Caulerpa taxifolia n'arrête pas de défrayer la chronique depuis sa découverte en 1984, au pied du rocher de la Principauté de Monaco.

  
DossiersLa Caulerpa taxifolia, algue invasive
 

L'Histoire nous a déjà montré qu'il ne fallait pas jouer avec la nature. L'introduction de Caulerpa Taxifolia n'est qu'un exemple parmi tant d'autres.

La tortue de Floride est, comme Caulerpa taxifolia, une espèce invasive introduite. © Nilfanion, CC BY-SA 3.0

Tout le monde a entendu parler du célèbre Phylloxera, ce puceron américain apparu vers 1860 dans la région d'Avignon. Dès 1888, tout le vignoble français était malade. Des dizaines de milliers de paysans se retrouvèrent ruinés. Cela a été la plus grande catastrophe agricole française. À cette époque, on n'était pas conscient des risques que pouvait représenter le transport de végétaux et d'animaux d'un continent à l'autre et c'est cette catastrophe qui à mis « la puce à l'oreille » des agronomes de l'époque. De nos jours, nous n'en avons apparemment pas tiré de leçon.

Exemples d'espèces invasives

  • En France, sur les 50.000 Insectes recensés, 2.500 sont d'origine étrangère et environ 150 sont d'impitoyables ravageurs de plantes cultivées (la peste des arbres fruitiers, le tigre du platane, le charançon, la cochenille, etc.).
  • Des silures de 60 kg (pouvant atteindre 400 kg) en provenance du Danube sèment la panique dans tous les grands fleuves français en mangeant poissons, grenouilles, canards, rats musqués, etc.
  • Les minuscules tortues de Floride (pourtant interdites) que l'on offre aux enfants pèsent à l'âge adulte 3kg et sont rejetées dans les lacs et rivières, créant de nombreuses perturbations dans l'écosystème.
  • En Camargue, une vingtaine de mauvaises herbes étrangères pullulent dans les rizières, parmi elles une jacinthe d'eau, dont l'éradication coûte 30 € l'hectare.
  • Je ne parlerai pas de la moule zébrée qui envahit certains lacs et encore moins du mollusque testacé Credipula fornicata avec son impact catastrophique sur les huîtres en Bretagne.

Les espèces invasives : une menace pour la biodiversité

Ainsi, chaque jour, l'Homme, en toute inconscience, emballe la « roulette écologique » et brise les barrières naturelles.

Le milieu marin est occupé par une multitude d'espèces, qui vivent dans un équilibre tel qu'aucune ne peut s'approprier le milieu. Quelquefois pourtant, il y a rupture : une espèce prolifère au détriment des autres. Et là, on est désarmé : les modèles mathématiques en écologie permettent rarement de prévoir les proliférations.

Ce qui est grave, c'est quand cette espèce est introduite par l'Homme volontairement ou involontairement, ce qui est le cas de Caulerpa taxifolia.